Accéder au contenu principal

Arbitrage: les violences "doivent être fermement réprimées" selon Le Graët

Publicité

Paris (AFP)

"Toutes les atteintes aux arbitres doivent être fermement réprimées", a affirmé mercredi le président de la Fédération française de football Noël Le Graët, en référence au geste d'humeur du milieu monégasque Gelson Martins, examiné jeudi par la Ligue.

"Si le nombre d'incidents sur les terrains de football professionnels est globalement stable depuis le début de la saison, et le nombre de coups portés en baisse assez nette, nous devons déplorer l'augmentation du nombre d'agressions violentes inacceptables à l'encontre des officiels tant au niveau professionnel qu'amateur", affirme le dirigeant dans un communiqué.

"Toutes les atteintes aux arbitres doivent être fermement réprimées selon les barèmes disciplinaires et par des actions judiciaires aux côtés des victimes pour les cas les plus graves", ajoute-t-il, en rappelant "l'ensemble des acteurs du football à leur devoir de respect et d'exemplarité indispensable à l'égard des arbitres".

Le patron de la FFF a tenu à s'exprimer après les "événements survenus le week-end dernier sur certains matches de Ligue 1 et de Ligue 2, notamment à l'occasion de la rencontre Nîmes-Monaco", précise le texte.

Lors de ce match disputé samedi, le milieu portugais de Monaco, Gelson Martins, a bousculé l'arbitre Mikaël Lesage par deux fois; après l'exclusion de son partenaire Tiémoué Bakayoko, qu'il contestait, et après le carton rouge dont il a écopé pour ce geste d'humeur.

Le dossier sera examiné jeudi soir par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel. Le "barème de référence" de la FFF préconise, en cas de "bousculade volontaire" d'un arbitre par un joueur, une suspension de huit mois.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.