Accéder au contenu principal
Dans la presse

Cafouillage démocrate dans l'Iowa : "A la fin, c'est Donald Trump qui gagne?"

Donald Trump et ses adversaires démocrates
Donald Trump et ses adversaires démocrates © France 24
11 mn

A la Une la presse, ce mercredi 5 février, le discours sur l’État de l’Union de Donald Trump et le cafouillage du caucus démocrate de l’Iowa. Le gouvernement chinois sur le pied de guerre face au coronavirus et aux critiques. Les couacs en série au sein du gouvernement français. Et une première au bal de l’opéra de Vienne.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan.


A la Une de la presse, l’ultime discours sur l’Etat de l’Union de Donald Trump, une intervention où le président a vanté, cette nuit, la santé «rugissante» de l’économie américaine.

«Le président gonflé à bloc surfe sur l’économie», titreThe New York Times, qui explique aussi en partie la bonne forme de Donald Trump par l’acquittement attendu aujourd’hui dans la procédure de destitution qui a été lancée contre lui. D’après USA Today, l’intervention du président a ressemblé à un «tour de victoire précoce», avant son probable acquittement par le Sénat - présenté comme l’épilogue de trois jours de «sprint» pour la politique américaine. Un sprint qui a commencé lundi avec le début des primaires démocrates, dans l’Iowa – où le caucus devait donner le coup d’envoi de la course à la présidentielle, mais a viré au fiasco, à cause de soucis techniques. Résultat: au moment où nous parlons, le nom du vainqueur reste à confirmer, puisque seuls des résultats partiels accordent une courte avance à Pete Buttigieg, sur Bernie Sanders  d’où le dessin de Sack, trouvé sur Twitter, montrant les candidats démocrates, chaussures fumantes, toujours coincés sur la ligne de départ.

Le loupé de l’Iowa inspire beaucoup les dessinateurs de presse américains. Matt Handelsman, pour The Advocate, ironise sur les problèmes techniques des démocrates, empêtrés dans le comptage des voix: «Même nous, n’aurions pas pu créer un tel chaos», commente un pirate informatique russe - allusion bien sûr aux accusations de piratage russe lors de la présidentielle américaine de 2016. Pat Bagley, pour The Salt Lake Tribune, représente, lui, l’âne démocrate en bourriquet, l’ami de Winnie l’ourson, penaud, affublé d’une affiche proposant carrément de lui «botter le derrière». L’âne démocrate est à terre, après s’être pris les pieds dans le tapis, et le dragon Trump, forcément, triomphe, d’après Matt Wuerker, pour Politico. Le président américain n’a évidemment pas manqué de se réjouir, sur Twitter, du désastre politique de ses adversaires. La jubilation de Donald Trump face aux déboires de ses adversaires, c’est à voir aussi avec le dessin de Chappatte, pour le journal suisse Le Temps. «Losers»: «vous êtes des perdants», fulmine une démocrate contre ses camarades. «Vous m’enlevez les mots de la bouche», s’amuse le président américain.

A la Une également ce matin, la bataille des autorités chinoises contre le coronavirus. Pas un jour sans que le gouvernement chinois n’affiche sa mobilisation, comme en témoigne la Une du China Daily montrant des médecins accompagnant des patients malades à l’hôpital de Wuhan, qui vient d’être construit en dix jours. Le pouvoir cherche à rassurer la population, mais aussi à se défendre des critiques étrangères - présentées comme la manifestation d’une «sinophobie» occidentale, qui n’attendait que le coronavirus pour se manifester. «Cette crise passera, mais ceux qui ont la maladie de la sinophobie trouveront toujours quelque chose», accuse The China Daily. D’après le journal espagnol El Pais, le gouvernement chinois tente aussi de faire taire toute critique intérieure – puisque le bureau politique du parti communiste vient d’ordonner «le renforcement du contrôle des médias et d’internet». Cibler l’ennemi étranger pour détourner l’attention des responsabilités nationales, renforcer la censure, au nom de la mobilisation contre le virus - à voir enfin avec le dessin de Willem pour le quotidien français Libération: «Le bon côté du virus: ils ferment leur gueule», se réjouit le président XI Jinping, à propos de ses compatriotes obligés de porter des masques leur cachant la bouche.

Libération revient également sur les difficultés, en France, du gouvernement d’Edouard Philippe. Outre la polémique sur l’allongement du congé pour deuil parental, l’exécutif a dû affronter, ces derniers jours, l’avis défavorable du Conseil d’Etat surs sa réforme des retraites et la multiplication des candidatures dissidentes pour les municipales de mars. Libé évoque une «attaque de boulettes géantes», un «festival de bourdes»: «De l’Elysée à Matignon en passant par les principaux ministres, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre, comme si un virus en amateurisme était en train de contaminer toute l’équipe gouvernementale». Du côté de l’opposition, Le Monde rapporte que le Rassemblement national de Marine Le Pen est attaqué en justice en Russie, pour un prêt non remboursé de plus de 9 millions d’euros.

Avant de nous dire à demain, je vous propose de vos emmener en Autriche, où se déroule comme chaque année, le 20 février prochain, le bal de l’opéra de Vienne, une tradition vieille de 200 ans, qui fait rêver les amoureux de l’impératrice Sissi et qui va accueillir, pour la première fois, un couple de même sexe, Sophie Grau et Iris Klopfer – auxquelles il a été demandé, comme à tous les participants, d’obéir à deux impératifs: savoir danser, bien sûr et respecter le «dress code», la tenue vestimentaire de rigueur, queue de pie pour l’une, et robe longue blanche pour l’autre. «La tradition n’exclut ni la diversité ni la tolérance», ont fait savoir les organisateurs. Lu dans The Guardian.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.