Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris à la reconquête des 6.000 points (+0,89%)

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris accélérait la cadence mercredi à la mi-journée (+0,89%), après avoir déjà nettement progressé la veille, les craintes entourant le coronavirus semblant se dissiper grâce aux mesures de soutien prises par la Chine et à des rumeurs d'avancées médicales.

A 13H54 (12H54 GMT), l'indice CAC 40 progressait de 52,88 points à 5.987,93 points, dans un volume d'échanges de 1,6 milliard d'euros. La veille, il avait fini nettement dans le vert (+1,76%).

La cote parisienne, après un démarrage en léger repli, a rapidement remonté la pente, continuant de rattraper une bonne partie des pertes enregistrées depuis le 24 janvier.

Wall Street s'orientait également vers une ouverture en hausse. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avançait de 0,81%, celui de l'indice élargi S&P 500 de 0,77% et celui du Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,92%.

"Le CAC 40 reprend de la hauteur pour s'approcher à nouveau des 6.000 points. Le coronavirus commence à passer au second plan même si le dernier bilan reste préoccupant avec plus de 425 morts", a relevé dans une note Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

"Les investisseurs estiment qu'une éventuelle paralysie de l'économie chinoise ne serait que temporaire dans la mesure où Pékin renforce ses mesures de soutien", a poursuivi M. Pichard.

Dans l'espoir de rassurer les marchés, la Banque centrale chinoise a notamment injecté des milliards de liquidités ces deux derniers jours.

Par ailleurs, des informations faisant état de progrès dans la recherche d'un traitement contre le virus ont également soutenu les Bourses, selon David Madden, un analyste de CMC Markets.

"Sky News a fait état d'une +percée significative+ réalisée par une équipe de recherche britannique concernant un vaccin contre le coronavirus" tandis qu'une université chinoise aurait découvert un traitement, même si cela restait à confirmer, a poursuivi M. Madden.

Du côté des indicateurs, l'activité dans les services en Chine a ralenti en janvier, pour le deuxième mois de suite, selon un indice indépendant publié mercredi.

- Engie malmené -

En zone euro, la croissance de l'activité privée s'est renforcée le mis dernier, selon une seconde estimation de l'indice PMI composite, qui a été revu à la hausse.

En France, elle a ralenti en revanche, à son plus bas niveau depuis septembre, pénalisée par un ralentissement de la croissance des services. Cette dernière a toutefois connu en janvier sa croissance la plus vive depuis septembre 2018 au Royaume-Uni, grâce à un éclaircissement sur le front du Brexit après les élections législatives

Outre-Atlantique, les chiffres d'activité dans les services sont également à l'agenda (ISM), ainsi que les créations d'emplois dans le secteur privé (ADP) et la balance commerciale.

Les données sur les stocks américains de pétrole seront également scrutées de près étant donné la volatilité des prix de l'or noir ces derniers jours.

Sur le front des valeurs, Aperam bondissait de 9,81% à 29,65 euros, galvanisé par un excédent brut d'exploitation (Ebitda) ajusté supérieur aux attentes au quatrième trimestre 2019, même si son bénéfice net a été presque divisé par deux sur l'année.

Iliad profitait (+5,24% à 140,50 euros) d'un relèvement de sa recommandation à "sur-performer" contre "neutre" auparavant par Exane. Eutelsat était de son côté pénalisé (-1,16% à 13,67 euros) par un abaissement de la sienne à "neutre" contre "sur-performer".

Vinci montait de 1,76% à 104,00 euros, porté par une hausse de son bénéfice net et de ses revenus en 2019.

LVMH prenait 1,22% à 415,60 euros. Les actionnaires de Tiffany ont donné leur aval mardi à l'acquisition du joaillier américain par le géant du luxe pour la somme record de 16,2 milliards de dollars.

Engie reculait en revanche de 0,89% à 15,51 euros alors qu'un conseil d'administration du groupe est convoqué jeudi pour se prononcer de manière anticipée sur le renouvellement ou non de la directrice générale Isabelle Kocher.

BNP Paribas progressait de 0,78% à 49,68 euros, bénéficiant d'un bénéfice net de 8,17 milliards d'euros l'an dernier, en nette progression de 8,6%, essentiellement grâce à ses services financiers internationaux et à sa banque de financement et d'investissement (BFI).

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.