Accéder au contenu principal

Le documentaire "La cravate" explore le parcours d'un militant FN

Publicité

Paris (AFP)

Le documentaire "La cravate", qui sort ce mercredi en salles, explore le parcours d'un jeune militant du Front national (devenu en 2018 Rassemblement national) pendant la dernière présidentielle, confronté à son passé en même temps qu’à la stratégie de "dédiabolisation" du parti.

"L'idée de la patrie a toujours été quelque chose de fort", mais "heureusement qu'il y a eu des changements" au FN, fait valoir Bastien Régnier, 20 ans, en distribuant des tracts sur un marché de la Somme en 2016.

Originaire de l'Oise voisine, il a été remercié par un premier employeur qui avait appris son engagement politique. Bastien se reconvertit alors dans les compétitions de laser game, en créant sa propre association.

Pendant la campagne présidentielle, il se fait remarquer par Florian Philippot, bras droit à l'époque de Marine Le Pen, en lançant une chaîne YouTube qui participe à la "dédiabolisation" d'un parti longtemps accusé de racisme et d'antisémitisme.

Lors d'une soirée bien arrosée, un de ses amis lui demande du coup s'il peut être embauché au FN même s'il n'a pas les mêmes idées. "Euh non", lui répond Bastien. "T'es patriote ? T'aimes pas les noirs ? Allez on t'embauche", ajoute-t-il en riant fort.

Bastien déchante quand les militants s'entredéchirent pour des postes aux législatives. "Tu te rends compte que la politique c'est comme (on) en parle, c'est tous des pourris", confie-t-il en relisant le script du film, dans une forme de mise en abîme de son histoire.

Le jeune militant surtout venu au FN pour fuir un passé violent, qu'il cache dans un premier temps aux réalisateurs Etienne Chaillou et Mathias Théry, avant de tout révéler.

Quand il découvre les discours de Marine Le Pen, tout soudain lui parle et il sort de cette période "morbide". Il déménage alors opportunément dans la Somme pour ses études.

Mais il tait son engagement politique à ses parents et à son ancien cercle. Tout comme il cache son passé au parti qui, en quête de réhabilitation, ne pouvait pas promouvoir un militant comme lui, même si le responsable départemental du FN connaissait son histoire.

Après l'échec de Marine Le Pen à la présidentielle, il est "un peu déçu" mais déterminé à continuer à militer. Cette fois chez les Patriotes de Florian Philippot.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.