Accéder au contenu principal

Ligue 1: Grâce à Payet, Marseille se détache

Publicité

Saint-Étienne (AFP)

Marseille (2e) a creusé un écart de six points sur Rennes (3e) dans la course à la Ligue des champions, et c'est encore Dimitri Payet qui tenait la pelle, en signant un superbe but à Saint-Étienne (2-0), mercredi pour la 23e journée de Ligue 1.

Des paroles aux actes. Payet avait encore "ouvert sa bouche" en conférence de presse avant le match, mais sa sortie médiatique a été suivie d'effet, des effets spéciaux de toute beauté.

Le N.10 a marqué un but d'artiste (7e), en feintant Yann M'Vila de deux crochets le long de la ligne de fond pour battre Stéphane Ruffier dans un angle très fermé.

Ce but donne du poids à ses mots: il s'était dit inquiet que l'OM s'affaiblisse au mercato dans la perspective de jouer la C1, et prêt à envisager de ne pas rester si c'était le cas.

Déjà en novembre, dans une sortie médiatique encore plus percutante Payet avait taclé son ancien entraîneur, Rudi Garcia, passé chez le grand rival lyonnais. Là encore, en match le Réunionnais avait assumé, signant un doublé (2-1) contre l'OL.

- Premier but de Radonjic titulaire -

Nemanja Radonjic a donné plus d'ampleur au succès en concluant un contre d'une de ses frappes enveloppées (85e). Il s'agit du sixième but de la saison du Serbe, mais le premier en tant que titulaire. Le "Super Remplaçant" progresse.

Payet lui en est à 9 buts en comptant la Coupe de France, où Marseille prépare un quart de finale à quelques kilomètres, à Lyon, mercredi prochain.

L'OM n'est pas encore en Ligue des champions dont parle "Dim", mais il est sur la bonne voie.

En championnat, ce succès dans le Chaudron permet de distancer Rennes, son concurrent le plus dangereux selon André Villas-Boas, mais aussi de laisser les autres encore plus loin derrière.

Lille (4e) est à neuf longueurs, Montpellier à 12 et Lyon (6e) à 13!

L'OM a aussi aligné son 15e match sans défaite toutes compétitions confondues, et n'a pas encaissé le moindre but en L1 en 2020.

Seule petite ombre au tableau, le buteur Dario Benedetto est encore resté muet, il n'a toujours pas marqué depuis la nouvelle année. Mais sauf ce petit contre-temps, tout va pour le mieux à l'OM.

Après deux 0-0 de rang, contre Angers et à Bordeaux, qui avaient instillé un brin de doute, les Phocéens ont fait pencher la balance du bon côté.

Au-delà de la statistique, l'arrière-garde a bien contrôlé les Verts.

- Supporters renvoyés à Marseille -

Les hommes de Claude Puel n'ont été dangereux qu'en première période, sous l'impulsion de Wahbi Khazri. Mais ils se sont mal compris avec Loïs Diony sur un centre en retrait dangereux (20), puis la lointaine tentative de lob du meneur tunisien sur Steve Mandanda avancé est passé d'un rien au-dessus de la barre (23e). Le gardien marseillais s'est aussi couché sur une belle frappe croisée de Diony (38e).

Après la pause, la défense bleu ciel a contrôlé les quelques situations chaudes, trouvant toujours un homme pour se dresser sur la route des attaquants, souvent Alvaro Gonzalez, d'ailleurs.

Seule une frappe molle de Denis Bouanga (84e) est allé jusqu'à Mandanda.

Quel contraste avec la saison passée, si chaotique, où l'OM avait perdu à la dernière minute ce match, sur un doublé de Khazri (2-1).

Dommage que les 400 supporters marseillais n'aient pas pu voir ça, ils ont été refoulés par les forces de l'ordre après qu'une bagarre a éclaté entre fans des deux camps, avant le match, et renvoyés dans leurs bus, retour dans la cité phocéenne. L'usage de gaz lacrymogènes par la police a même retardé l'échauffement et le coup d'envoi d'un quart d'heure.

Pour se consoler de cet affront, les ultras peuvent commencer à rêver à au moins trois déplacements en Ligue des champions la saison prochaine...

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.