Accéder au contenu principal

Football : accusé d'agressions sexuelles, le président d'Angers mis en examen

Saïd Chabane, président du SCO Angers.
Saïd Chabane, président du SCO Angers. © Thomas Samson, AFP

Saïd Chabane, président du club d'Angers en Ligue 1, a été mis en examen mercredi pour agressions sexuelles aggravées. Le dirigeant de 55 ans fait l'objet de quatre plaintes de salariées et ex-salariées. Une enquête préliminaire avait été ouverte le 7 janvier.

Publicité

À la suite de quatre plaintes de salariées et ex-salariée, le président du club d'Angers (Ligue 1), Saïd Chabane, 55 ans, a été mis en examen pour agressions sexuelles aggravées par personne abusant de sa fonction, a indiqué, mercredi 5 février, le procureur d'Angers Éric Bouillard. Il avait été placé en garde à vue dans la matinée.

"Une enquête préliminaire a débuté le 7 janvier suite à la plainte d'une salariée du club qui a indiqué avoir été victime de faits qualifiables d'agression sexuelle. Deux autres victimes présumées ont déposé plainte", puis une quatrième mercredi, a expliqué le magistrat.

Des plaignantes entre 20 et 25 ans

Saïd Chabane est sorti du palais de justice d'Angers mercredi en fin de journée. "Il a été placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'entrer en contact avec les victimes et les principaux témoins" et mis en examen pour agressions sexuelles par "une personne ayant abusé de l'autorité que lui confère sa fonction", a déclaré Éric Bouillard. "M. Chabane continue de nier les faits", a-t-il précisé.

Les quatre plaignantes avaient entre 20 et 25 ans au moment des faits, qui s'étalent de 2014 à 2019, selon le procureur.

D'après la radio RMC, Saïd Chabane "se collerait à ces jeunes femmes, leur toucherait les fesses, les seins, les parties intimes, sans leur consentement et serait craint par les jeunes femmes qui l'accusent".

Saïd Chabanne "conteste formellement"

Le SCO d'Angers a de son côté publié un communiqué dans lequel il indique que "Saïd Chabane conteste formellement toutes les allégations portées contre lui".


"Il apportera à la justice tous les éléments permettant de rétablir la vérité et de préserver son honneur. Déterminé à voir reconnaître son innocence, il est confiant dans l'issue de l'enquête à laquelle il coopère totalement", poursuit le texte.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.