Accéder au contenu principal

Acquitté, Donald Trump tire à boulets rouges sur le Parti démocrate

Le président américain Donald Trump brandit un exemplaire du Washington Post dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, DC, le 6 février 2020.
Le président américain Donald Trump brandit un exemplaire du Washington Post dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, DC, le 6 février 2020. © Nicholas Kamm, AFP

Le président américain s'est exprimé, jeudi, après son acquittement, la veille, par le Sénat pour abus de pouvoir et entrave à l'action du Congrès. Donald Trump a dénoncé la "méchanceté" de ses adversaires démocrates et a déploré une situation "difficile et injuste" à vivre.

Publicité

"La situation était difficile et injuste, je n'avais rien fait de mal". Au lendemain de son acquittement par le Sénat à l'issue d'un procès en destitution historique, Donald Trump s'est exprimé, jeudi 6 février, depuis la Maison Blanche à ce sujet.

Le président américain a dénoncé la "méchanceté" de ses adversaires démocrates durant sa prise de parole. "Ils sont vicieux et méchants", a-t-il affirmé avant d'expliquer : "Cette chasse aux sorcières ne s'est jamais arrêtée (pendant) 3 ans (...). Il y avait des menteurs, des dénonciateurs, c'est quelque chose qui n'aurait jamais dû arriver à un président."

Depuis les salons de la Maison Blanche, le milliardaire républicain a opté pour une tonalité évoquant surtout celle de ses meetings de campagne.

"Ce n'est pas une conférence de presse, ce n'est pas un discours", a-t-il lancé d'entrée. "C'est une célébration", a-t-il ajouté avant de remercier, un à un, anecdotes personnelles à l'appui, les élus républicains - "des guerriers" - présents dans la pièce.

Donald Trump a ensuite déclaré "Voilà le résultat" en brandissant, sous les applaudissements de l'assemblée, la une du Wahington Post titrant "Trump acquitted".  "New York Times, Washington Post... j'ai eu tant de titres fantastiques", s'est-il amusé.

>> À lire : La présidence "impériale" de Donald Trump peut-elle fragiliser les institutions américaines ?

Le président américain est également revenu sur les accusations d'ingérence russe aux États-Unis ainsi que sur le rapport – qui n'a pas apporté de preuve de collusion entre l'équipe Trump et Moscou. "Il y avait face à nous des personnes avec des faux dossiers (...), c'était quelque chose de difficile à traverser. Nous avons fini par nous sortir de ces complots", a-t-il déclaré.

L'allocution du 45e président des États-Unis était très attendue à l'issue d'un procès en destitution historique qui a placé sous une lumière crue les profondes divisions de l'Amérique à l'approche de l'élection présidentielle de novembre.

Si la mise en accusation de Donald Trump restera comme une tache indélébile sur son mandat, son procès a démontré que l'ancien homme d'affaires de New York pouvait compter sur un parti républicain aux ordres, un atout de taille face à des démocrates qui doivent encore choisir leur candidat.


 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.