Accéder au contenu principal

Coronavirus : les interrogations d'un étudiant sénégalais confiné à Wuhan

Barrière de sécurité à l'entrée de la ville de Wuhan, en Chine, le 30 janvier 2020.
Barrière de sécurité à l'entrée de la ville de Wuhan, en Chine, le 30 janvier 2020. © China Daily CDIC, Reuters

Bloqué dans la ville épicentre du coronavirus depuis plus de deux semaines, un étudiant sénégalais de Wuhan raconte son quotidien, confiné dans sa chambre universitaire. Le président du Sénégal Macky Sall refuse toujours d’organiser un rapatriement.

Publicité

Jusqu’à maintenant les treize étudiants sénégalais coincés à Wuhan sont bien portants, mais à force de rester enfermés dans leurs chambres universitaires, leur moral est affecté. C'est ce qu'a confié à France 24, jeudi 6 février, Amar Mbacké, représentant de l’Association des étudiants sénégalais de Chine à Wuhan, berceau chinois de l’épidémie du coronavirus, mis sous cloche depuis le 22 janvier.

"Tout ce qu’on peut faire c’est de rester confinés et d’attendre", raconte le doctorant en relations internationales à l’Université normale centrale de Chine à Wuhan depuis 2 ans. Dans un communiqué, l’association des étudiants sénégalais de Chine a demandé le rapatriement urgent des étudiants de Wuhan qui "vivent dans des conditions très difficiles avec un risque de contagion constant et leur liberté confisquée". "Ce sentiment d’insécurité et de psychose pèse lourd sur leur tête", indiquait le communiqué émis dimanche.


"On a le sentiment de ne pas être informés correctement"

Entre temps, le président sénégalais Macky Sall a répondu par la négative, jugeant mardi "hors de portée" pour son pays le rapatriement de ces étudiants, faute de moyens logistiques pour les acheminer et les accueillir en toute sécurité. "Cela ne nous rassure pas. Un chef d’État est censé chercher des solutions, il ne peut pas dire qu’il déclare forfait", réagit le représentant des étudiants sénégalais de Wuhan.

"Contrairement à ce qu’a affirmé le président dans son discours nous savons que des étudiants d’autres pays africains ont été rapatriés", ajoute Amar Mbacké. Le Maroc, l'Algérie, la Tunisie et la Mauritanie ont en effet réussi à faire revenir leurs compatriotes bloqués à Wuhan.

"Pour ma part, ça va à peu près, mais certains des étudiants sénégalais avec qui je suis en contact régulier commencent vraiment à stresser. Ils sont confus et ont peur de l’inconnu", poursuit Amar Mbacké. "On ne sait pas quand cette épidémie va prendre fin et on a le sentiment de ne pas être informés correctement", confie-t-il.

Masques, gants et coups de fils quotidiens pour se rassurer

Par chance, Amar Mbacké et ses compatriotes sénégalais avaient pris les devants et ont fait des réserves de masques de protection. "J’en ai acheté suffisamment pour les jeter après chaque utilisation, et l’université m’en a fourni par dizaines, ainsi que des thermomètres", rapporte le jeune trentenaire. Grâce à ces équipements, l’étudiant peut sortir faire des courses tous les deux ou trois jours.

Dans les supermarchés situés aux alentours de l’université, il n’a pas constaté de pénurie, mais prend des précautions : "J’achète des produits alimentaires de base, mais j’évite d’aller dans des restaurants ou d’acheter des plats préparés, on ne sait jamais". Tous ses compatriotes n’ont pas la chance d’Amar Mbacké, car certaines universités accueillant des Sénégalais n’autorisent pas les sorties hors du campus. Elles organisent le ravitaillement dans les chambres et les étudiants restent confinés.

Seule manière de se rassurer, les étudiants sénégalais s’appellent tous les jours. "Nous sommes en contact permanent entre nous et avec l’ambassade qui nous téléphone quotidiennement", raconte le représentant des étudiants à Wuhan.

Rentrée universitaire repoussée
                                 

Pour ce doctorant, il n’est pas question de quitter la Chine une fois l’épidémie du coronavirus éradiquée. "Je ferai tout pour obtenir mon doctorat", dit Amar Mbacké, qui a obtenu une bourse pour venir étudier à Wuhan. Titulaire d’un premier doctorat à Dakar, il a souhaité poursuivre ses études en Chine pour en maitriser la langue, atout majeur au Sénégal, où Pékin représente le deuxième partenaire commercial derrière la France, avec des échanges s’élevant à près de 3 milliards d’euros en 2018.

Si l’épidémie de coronavirus représente un risque pour sa santé, elle l’éloigne aussi de son objectif professionnel. Pour le moment la reprise des cours dans son université a été reportée d’une semaine, mais elle pourrait encore être repoussée, craint le jeune homme.

À mesure que l’épidémie s’étend, d’autres étudiants sénégalais pourraient être concernés par les mesures de confinement, notamment à Shanghai, où vivent une quarantaine d’entre eux. En Chine, plus de 28 000 personnes sont désormais atteintes du  coronavirus et 563 personnes en sont mortes tandis qu’un nombre croissant de villes imposent aux habitants des mesures drastiques de confinement.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.