Accéder au contenu principal

Les étapes de la propagation du nouveau coronavirus

Publicité

Paris (AFP)

Voici les principales étapes de l'épidémie provoquée par le nouveau coronavirus, depuis son émergence fin décembre dans la métropole chinoise de Wuhan (centre).

Le bilan s'élève vendredi à 636 morts et près de 32.000 contaminations en Chine continentale. Une trentaine de pays et territoires ont confirmé des cas d'infection.

- Première alerte -

Le 31 décembre 2019, les autorités chinoises préviennent l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de l'émergence de cas de pneumonie d'origine inconnue à Wuhan (11 millions d'habitants), capitale de la province du Hubei dans le centre.

Plusieurs malades travaillaient dans un marché alimentaire de gros, fermé par les autorités le 1er janvier.

Le 7 janvier 2020, les premières analyses chinoises permettent d'identifier un nouveau coronavirus.

- Premier mort -

Le 11, Pékin annonce un premier mort.

Le 13, premier cas de contamination hors de Chine, en Thaïlande.

Plusieurs grands aéroports mettent en place des dépistages.

- Transmission humaine -

Le 20, la transmission entre humains est confirmée.

Près de la moitié des provinces chinoises sont touchées.

Le lendemain, premier cas aux Etats-Unis.

- 56 millions d'habitants confinés -

Le 23, trains et avions au départ de Wuhan ne circulent plus, les autoroutes sont bloquées. Les festivités du Nouvel An chinois sont annulées à Pékin.

Le 24, deux décès sont signalés en Chine loin du berceau de l'épidémie.

Trois cas sont confirmés en France, les premiers en Europe.

Le 25, pratiquement toute la province de Hubei est coupée du monde, plus de 56 millions d'habitants confinés.

Le 26, Pékin suspend les voyages organisés en Chine et à l'étranger.

- Rapatriements -

Le 28, deux premiers cas de transmission directe du virus hors de Chine sont confirmés (Japon et Allemagne).

Le 29, premiers cas au Moyen-Orient, aux Emirats arabes unis.

Japon et Etats-Unis commencent à rapatrier leurs ressortissants. Des compagnies aériennes suspendent ou réduisent leurs vols avec la Chine.

- Urgence internationale -

Le 30, la Russie décide de fermer sa frontière avec la Chine.

L'OMS classe l'épidémie comme "une urgence de santé publique de portée internationale", mais estime qu'il n'y a pas lieu de limiter voyages et échanges commerciaux avec la Chine.

Le 31, la France, le Royaume-Uni et la Corée du Sud rapatrient des ressortissants. D'autres pays feront de même les jours suivants.

Après des équipes chinoises et australiennes, l'Institut Pasteur à Paris parvient à mettre en culture des souches du virus.

- Premier mort hors de Chine -

Le 2 février, la ville chinoise de Wenzhou (9 millions d'habitants) est confinée. Les Philippines signalent le premier décès hors de Chine, un Chinois originaire de Wuhan.

Le 3 février, la Bourse de Shanghai, qui était fermée depuis le 24 janvier, plonge. Elle rebondira les jours suivants.

Pékin accuse Washington de "semer la panique", après l'interdiction d'entrée sur son territoire des étrangers s'étant récemment rendus en Chine. Cette mesure est également prise par d'autres pays.

- Un mort à Hong Kong -

Le 4, un Hongkongais devient le deuxième mort du coronavirus hors de Chine continentale.

A Wuhan, un hôpital construit en 10 jours accueille ses premiers patients.

Le nouveau coronavirus ne constitue pas encore une "pandémie", déclare l'OMS.

En Corée du Sud, le constructeur automobile Hyundai suspend toute sa production, mettant au chômage technique quelque 25.000 employés.

- Croisières contaminées -

Le 5, le groupe aéronautique Airbus annonce la fermeture du site d'assemblage de son A320 près de Pékin.

Des milliers de passagers sont en quarantaine sur deux navires de croisière près de Tokyo et à Hong Kong, après la découverte de cas de coronavirus.

Des compagnies aériennes suspendent leurs vols vers Hong Kong.

Le 6, l'Arabie saoudite interdit formellement les voyages en Chine aux Saoudiens et à ses résidents étrangers.

En Chine, les ouvriers d'une usine géante de production d'iPhones apprennent qu'ils seront placés en quarantaine pour au moins une semaine à leur retour de congés mi-février.

- Mort d'un lanceur d'alerte -

Le 7, un médecin de Wuhan, Li Wenliang, sanctionné pour avoir donné l'alerte à l'apparition du virus, succombe à l'épidémie, soulevant une colère populaire en Chine.

Le nombre de cas de coronavirus constatés sur le paquebot de croisière en quarantaine au Japon grimpe à 61.

Le président chinois Xi Jinping assure à Donald Trump que son pays est "entièrement capable" de vaincre le coronavirus.

"Le monde fait face à un manque chronique d'équipements de protection individuelle", prévient l'OMS.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.