Accéder au contenu principal

Un collaborateur asiatique surnommé "Grain de riz": Isabelle Balkany se défend de racisme

Publicité

Nanterre (AFP)

La maire par intérim de Levallois-Perret Isabelle Balkany s'est défendue de tout racisme vendredi après la rediffusion d'une séquence par La chaîne parlementaire dans laquelle on la voit affubler un collaborateur vietnamien du sobriquet de "Grain de riz", dans un documentaire tourné en 2002.

Dans ce film réalisé par l'émission d'investigation "90 minutes" pour Canal +, on voit Isabelle Balkany, alors en pleine campagne pour l'élection de son mari à la mairie de Levallois, se faire masser le bras par un collaborateur asiatique qu'elle surnomme "Grain de riz".

"Grain de riz, c’est un petit +boat people+ qui est venu à Levallois il y a vingt ans", explique alors Mme Balkany face caméra.

"Il a un nom pas possible, il s'appelle euh… Bon ben d'abord on l'a appelé Maurice, et puis on trouvait pas ça drôle. Et puis un jour, je l'ai baptisé +Grain de riz+ et toute la mairie l'a appelé Grain de riz !", s'amuse ensuite celle qui occupe désormais la fonction de maire à la place de son mari, incarcéré pour fraude fiscale et blanchiment.

"Il n'y a eu aucune malice sinon de l'amitié et aujourd'hui, tout le monde continue à l'appeler +Grain de riz+ à la mairie", a justifié Isabelle Balkany auprès de l'AFP.

"Moi, à la mairie, tout le monde m'appelle +Graine de semoule+ ou +Makrout+ (pâtisserie maghrébine) parce que je viens d'Afrique du Nord, alors il faut arrêter", a-t-elle poursuivi.

"C'est pas raciste, c'est de l'amitié", a renchéri l'homme surnommé +Grain de riz+, interrogé par l'AFP, et qui ne souhaite pas donner son vrai nom. Aujourd'hui âgé d'une soixantaine d'années et arrivé en France en 1984, ce Vietnamien travaille dans un service administratif de la mairie.

"Patrick et Isabelle (Balkany) ne sont pas racistes, c'est pas la peine de chercher la petite bête", a-t-il ajouté.

Les surnoms fleuris sont monnaie courante à la mairie de Levallois, a fait valoir Isabelle Balkany. Cette polémique, "c'est grotesque, quoi", a-t-elle ajouté.

L'édile s'est ensuite autorisée une blague avec son collaborateur: "on s'est même embrassé, on craint pas le coronavirus nous !"

Mardi, au procès en appel du couple pour blanchiment aggravé de fraude fiscale, Isabelle Balkany, qui toussait beaucoup, avait déjà lancé à la présidente: "Je vous rassure, ce n'est pas le coronavirus, je n'ai pas rencontré un Chinois, c'est juste une bonne bronchite!"

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.