Accéder au contenu principal

"Clearstream et moi", l'envers du décor d'une enquête hors normes

Publicité

Bagnères-de-Luchon (France) (AFP)

L'affaire Clearstream, ses enquêtes journalistiques, ses dizaines de procédures judiciaires, ses ramifications politiques... et une famille qu'elle a pratiquement mise KO. Dans "Clearstream et moi" présenté au festival de Luchon, Nina Robert, fille aînée du journaliste d'investigation Denis Robert, raconte l'envers de l'affaire.

"Ce film, c'est un bout de moi. Un sacré exercice mais j'en avais besoin, ça marque un tournant dans ma vie", a expliqué lors de l'avant-première samedi la jeune femme, qui signe ici son premier documentaire, après des expériences de coréalisation avec son père, qui avait déclenché un scandale en 2001 en dénonçant la société Clearstream.

"France 3 Paris Ile de France a eu le plaisir d'accompagner Nina sur cette aventure. De sa démarche personnelle, intime et familiale, elle a fait une oeuvre universelle" a salué une représentante de la chaîne qui diffusera ce film le 30 mars.

C'est le film "L'enquête" de Vincent Garenq, sorti en 2015 et qui retrace l'affaire Clearstream sous forme de thriller, qui a "provoqué un truc" en Nina et lui a donné envie de livrer sa version.

On découvre une famille restée unie dans l'adversité, "dix ans d'une vie pour un couple et une famille, ce n'est pas rien", confie-t-elle en voix off.

"Les huissiers auraient pu venir chez nous les yeux bandés", le téléphone est sur écoute, elle appelle ses copines et lit des passages des bouquins érotiques écrits par son père, "pour emmerder la personne qui écoute".

"On avait l'impression que c'était un super-héros, mais les supers-emmerdes restaient chez nous", constat amer de sa mère, atteinte d'un cancer pendant ces dix ans de batailles judiciaires et journalistiques à l'issue desquels Denis Robert est sorti blanchi.

Son regard est empreint de culpabilité quand elle filme sa soeur Loulou, aujourd'hui romancière, internée en hôpital psychiatrique à l'époque, et qui explique qu'elle ne "pense pas que ce soit lié uniquement à l'affaire Clearstream".

Au dernier de la fratrie, né au coeur de la tempête et donc trop jeune pour se rappeler cette époque, elle se montre rassurante : "tu as été la seule chose positive qui soit arrivé à ce moment-là".

Un regard tendre enfin sur son père Denis, lui aussi touché par la maladie (un problème de hanche nécrosée) au milieu de son combat, à qui elle demande "aurais-tu pu mener ce combat sans ta famille ?" et sa déception quand il lui répond que oui, qu'il serait même allé bien plus loin.

Denis Robert, ex-journaliste à Libé, dirige aujourd'hui la rédaction de la webtélé Le Média, ainsi qu'une société de production avec sa fille Nina.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.