Accéder au contenu principal

Violences sexuelles dans le patinage : Didier Gailhaguet annonce sa démission

Didier Gailhaguet annonce sa démission à la sortie d'une réunion à la Fédération française des sports de glace, le 8 février 2020.
Didier Gailhaguet annonce sa démission à la sortie d'une réunion à la Fédération française des sports de glace, le 8 février 2020. © Philippe Lopez, AFP
5 mn

Le président de la Fédération française des sports de glace, Didier Gailhaguet, a annoncé samedi sa démission "par souci d'apaisement", en plein scandale de violences sexuelles dans le patinage français.

Publicité

Une dizaine de jours après les révélations de l'ancienne patineuse Sarah Abitbol, le patron du patinage français, Didier Gailhaguet, a annoncé samedi 8 févier sa démission de la présidence de la Fédération française des sports de glace (FFSG), institution prise dans un scandale de violences sexuelles.

"Dans un souci d'apaisement, j'ai pris avec philosophie, dignité, mais sans amertume, la sage décision de démissionner", a-t-il annoncé aux journalistes à la sortie d'un conseil fédéral extraordinaire, mettant fin à un long règne qui avait commencé en 1998, avec une parenthèse entre 2004 et 2007.

Face aux récentes révélations de violences sexuelles dans ce sport, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, avait demandé lundi à Didier Gailhaguet de quitter ses fonctions.

"Devant la dictature ministérielle et la menace un peu honteuse d'un retrait de l'agrément, pas un seul instant il ne m'est venu à l'idée de pouvoir être un frein à ma fédération que j'ai reconstruite patiemment depuis près de 15 ans", a réagi l'intéressé samedi. "Il est temps devant l'onde de choc de passer à une autre séquence, celle de l'apaisement", a-t-il ajouté.

Roxana Maracineanu avait pointé la responsabilité de Didier Gailhaguet dans le retour dans le circuit du patinage de l'entraîneur Gilles Beyer, malgré une enquête administrative au début des années 2000, pour des attitudes inappropriées avec des patineuses, qui avait conduit le ministère à le sortir de ses rangs en 2001.

Gilles Beyer est au cœur des accusations de Sarah Abitbol, dix fois championne de France de patinage artistique en couple et médaillée de bronze aux championnats du monde en 2000, qui détaille dans un livre comment elle a été violée et agressée sexuellement plusieurs fois entre 1990 et 1992.

Didier Gailhaguet, 66 ans, avait assuré n'avoir jamais protégé Gilles Beyer.

Un inamovible patron

Avec ce départ, c'est une page qui se tourne dans l'univers des institutions sportives. Ancien patineur, puis entraîneur de Surya Bonaly et conseiller de Brian Joubert, Didier Gailhaguet avait dirigé la fédération quasiment sans interruption depuis 1998, à l'exception d'une parenthèse entre 2004 et 2007.

L'inamovible patron du patinage français s'était déjà sorti de périlleuses ornières. Éclaboussé par une affaire de tricherie aux Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002, il avait été interdit de toute fonction dans le patinage international pendant trois ans.

En 2004, il avait également dû démissionner de la présidence de la FFSG sur fond de problèmes de gestion. Mais il s'était réinstallé dans le fauteuil de président en 2007, jusqu'à ce samedi.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.