Accéder au contenu principal

En Algérie, un soldat est tué dans un attentat près de la frontière malienne

En janvier 2013, une attaque, suivie d'une prise d'otages, avait été menée par des membres d'Al-Qaïda contre le site gazier de Tiguentourine, dans le sud de l'Algérie.
En janvier 2013, une attaque, suivie d'une prise d'otages, avait été menée par des membres d'Al-Qaïda contre le site gazier de Tiguentourine, dans le sud de l'Algérie. REUTERS - Louafi Larbi

Un soldat algérien a perdu la vie, dimanche, dans un attentat à la voiture piégée, à la frontière avec le Mali, dans ce qui constitue le premier attentat-suicide aux explosifs en Algérie depuis 2017.

Publicité

Un attentat-suicide à la voiture piégée a fait un mort dans une caserne militaire algérienne, dimanche 9 février, dans la zone frontalière de Timiaouine, près du Mali, a annoncé le ministère algérien de la Défense dans un communiqué. 

"Un détachement de l'Armée Nationale Populaire (ANP) a été la cible, ce jour à 10 H 50, à Bordj Badji Mokhtar en 6e région militaire, d'un kamikaze à bord d'un véhicule tout terrain piégé", selon le communiqué.

"Aussitôt identifié, le militaire chargé du contrôle de l'accès est parvenu à mettre en échec la tentative d'entrée en force du véhicule suspect, cependant le kamikaze a fait exploser son véhicule, causant le décès du militaire en faction", a précisé le texte.

L'identité de l'assaillant n'a pas été communiquée.

En 2017, une attaque du groupe État islamique

Cet attentat, non revendiqué à ce stade, est le premier dans le sud du pays depuis de nombreuses années.  

L'attaque de dimanche survient au moment où l'Algérie s'efforce de s'impliquer dans le règlement des crises régionales, en Libye et au Sahel. 

Alger, inquiète des risques d'instabilité dans le sud du pays, avait servi de médiateur en 2014-2015 entre le gouvernement de Bamako et des groupes rebelles armés du nord du Mali.

Le dernier attentat-suicide contre des forces algériennes remonte au 31 août 2017.

Deux policiers algériens avaient péri lorsqu'un membre du groupe tat islamique (EI) avait déclenché ses explosifs en tentant d'entrer dans un bâtiment de la police à Tiaret, à 350 km au sud-ouest d'Alger.
 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.