Accéder au contenu principal

Coupe de France: Belfort s'invite à Sochaux, son bienveillant voisin

Publicité

Belfort (AFP)

Petit Poucet de la Coupe de France, Belfort (National 2) va prendre ses aises mardi à Sochaux en quart de finale contre Rennes (Ligue 1). Mais pas question pour le club franc-comtois de contester la suprématie régionale son illustre voisin sochalien, avec lequel il entretient d'excellentes relations.

A événement exceptionnel, cadre exceptionnel: le petit club de N2 quitte mardi soir son habituel antre de Serzian (5.000 places) pour le stade Auguste-Bonal, quatre fois plus grand.

Délocaliser la rencontre pour affronter le tenant du titre sur la pelouse du FC Sochaux était une évidence pour deux clubs qui ont tissé de réels liens d'amitié et cohabitent en harmonie.

Avant le huitième de finale victorieux des Belfortains contre Montpellier (L1), Omar Daf, l'entraîneur du FCSM, n'avait d'ailleurs pas manqué de le souligner: "Il n'y a pas que le FC Sochaux. Belfort doit occuper une place importante dans notre paysage. Et pourquoi pas remonter en National. Avec Anthony (Hacquard, l'entraîneur de Belfort, ndlr), on échange depuis la saison dernière en tant que techniciens. C'est une bonne chose d'établir ce type de lien."

Un rapide coup d'oeil sur l'effectif belfortain confirme cette proximité: sept joueurs sont passés chez les Lionceaux, que ce soit avec les pros (Régnier, Umbdenstock), avec les formations de jeunes (Konki, vainqueur de la Gambardella en 2007, Loichot, Hilaire) ou l'école de foot (Ehlinger, Evsan).

- "Un lien fort" -

"Il y a un lien fort entre nos deux clubs qui sont d'ailleurs liés par un partenariat au niveau des jeunes", explique Anthony Hacquard, lui aussi passé par le centre de formation sochalien. "Lorsqu'un jeune de chez nous présente des dispositions intéressantes, on n'hésite pas à l'envoyer au centre de formation de Sochaux. Et lorsque certains joueurs en fin de formation restent à quai, on est prévenu en priorité pour leur proposer de rebondir chez nous."

Auteur du tir au but victorieux face à Montpellier, le milieu Maxime Loichot fait partie de ces espoirs déçus, laissé libre par Sochaux en juin 2018.

"Ce fut une grosse déception, même si je m'y attendais un peu. Après, je n'ai aucune rancoeur envers Sochaux, mais plutôt une forte motivation pour rebondir. J'ai évolué quinze ans dans ce club et vécu des trucs extraordinaires", explique ce jeune homme qui occupe en parallèle du football un poste de surveillant en collège.

"Venir à Belfort était le bon choix, j'ai trouvé de très bonnes conditions pour emmagasiner du temps de jeu. Et l'aventure en Coupe de France, c'est un formidable bonus", explique celui qui foulera la pelouse de Bonal pour la deuxième fois en compétition officielle. "Et la seule fois où j'y ai joué, en réserve avec Sochaux, j'ai marqué", rappelle l'intéressé.

- "Belfort prend sa part de lumière" -

Isaak Umbdenstock est lui toujours sous contrat avec Sochaux jusqu'en 2022. Mais le milieu a été prêté à Belfort pour venir chercher du temps de jeu.

"Omar Daf a été honnête et m'a dit que cette année ce serait bouché pour moi. Le club souhaitait néanmoins me voir évoluer plus haut qu'en National 3, où évolue l'équipe réserve. Belfort représentait donc une belle opportunité de continuer ma progression", explique le joueur de 20 ans. "En ce moment, Belfort prend sa part de lumière et je pense que ça fait plaisir à tout le monde. Mais de par son histoire, Sochaux reste le club phare de la région, celui auquel les gens s'identifient".

"Aller à Bonal est un joli clin d'oeil pour tous ceux passés par ce club, mais également ceux qui le supportent au quotidien, reprend Anthony Hacquard. On est vraiment fiers d'aller jouer là-bas".

Avec 16.000 places vendues, le succès populaire est au rendez-vous. Il s'agira même de la plus grosse affluence de la saison pour l'enceinte qui n'attend plus qu'une chose: vibrer le temps d'un soir pour son sympathique voisin.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.