Accéder au contenu principal

Législatives en Irlande : Leo Varadkar en difficulté, le Sinn Fein cherche des alliés

Leo Varadkar à Dublin le 9 février 2020.
Leo Varadkar à Dublin le 9 février 2020. REUTERS - LORRAINE O'SULLIVAN

Une première phase de décompte des voix pour des législatives irlandaises, dimanche soir, donne un avantage au parti républicain Sinn Fein, devant les deux grands partis de centre-droit, le Fianna Fail et le Fine Gael du Premier ministre sortant. La formation d'un gouvernement s'annonce difficile.

Publicité

Le parti du Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, a été supplanté, dimanche 9 février, à l'issue d'une première phase du décompte des voix pour les élections législatives, par le parti républicain Sinn Fein. Sans attendre le résultat final, ce dernier cherche déjà à nouer des alliances.

L'Irlande applique un mode de scrutin à la proportionnelle à vote unique transférable dans laquelle les électeurs peuvent classer par ordre de préférence les candidats en lice. Les résultats définitifs du scrutin qui s'est déroulé samedi, avec l'attribution des 160 sièges du Parlement, ne sont pas attendus avant lundi.

À l'issue du premier tour du décompte, le Sinn Fein a été placé en tête de liste par 24,5 % des électeurs, devant les deux grands partis de centre-droit, le Fianna Fail avec 22,2 % et le Fine Gael du Premier ministre sortant avec 20,9 %, selon la radio télévision publique RTE.

Formation d'un gouvernement difficile

"Les résultats arrivent de tout le pays et il semblerait que nous ayons trois partis qui obtiendraient à peu près le même nombre de sièges, ce qui va rendre assez difficile la formation d'un gouvernement", a estimé Leo Varadkar.

Un sondage réalisé à la sortie des urnes par Ipsos MRBI pour les médias irlandais donnait Fine Gael, Sinn Fein et Fianna Fail au coude-à-coude, avec respectivement 22,4 %, 22,3 % et 22,2 % des suffrages.

Si la percée du Sinn Fein, ancienne aile politique de l'armée républicaine irlandaise reconvertie en principal parti de gauche du pays, se confirme, la question de son entrée au gouvernement se posera. "Je n'accepte ni l'exclusion ni des pourparlers visant à exclure notre parti, un parti qui représente désormais un quart de l'électorat et je pense que c'est fondamentalement antidémocratique", a déclaré la dirigeante du Sinn Fein devant la presse à Dublin. Pour Mary Lou McDonald, le scrutin s'apparente à une "révolution".

Fianna Fail comme Fine Gael ont jusqu'ici exclu de former une coalition avec le Sinn Fein, en raison de ses liens avec l'IRA, organisation paramilitaire opposée à la présence britannique en Irlande du Nord, dont le parti était la vitrine politique.

Cartes rebattues

Leo Varadkar a réaffirmé sa position. "Pour nous, une coalition avec le Sinn Fein n'est pas une option, mais nous sommes prêts à parler à d'autres partis", a-t-il déclaré à des journalistes à Dublin. Le chef du Fianna Fail, Micheal Martin, a lui semblé assouplir sa position. Tous deux ont été réélus dimanche, mais pas au premier tour de décompte, contrairement à Mary Lou McDonald.

La presse irlandaise souligne que la percée du parti nationaliste, dans un pays traditionnellement dirigé - alternativement ou en coalition, comme dans le gouvernement sortant - par les deux grands partis de centre-droit, rebat les cartes du jeu politique irlandais.

Une fois les résultats définitifs proclamés, les partis devront commencer à négocier pour former un gouvernement de coalition. Processus dans lequel les petits partis et les indépendants pourraient peser. Après les dernières élections, en 2016, il avait fallu plus de deux mois pour qu'un gouvernement soit formé.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.