Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Iran, l'arme des otages"

En Iran, l'arme des otages
En Iran, l'arme des otages © France 24

Dans la presse, ce mardi 11 février, la décision d’Annegret Kramp-Karrenbauer de ne pas succéder à Angela Merkel, en Allemagne. Un rassemblement silencieux pour demander la libération de deux chercheurs français détenus en Iran. Le sacre du film sud-coréen "Parasite" aux Oscars. Et un rêve devenu réalité à l’âge vénérable de 75 ans.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan.


Dans la presse, la décision d’Annegret Kramp-Karrenbauer de renoncer à la succession d’Angela Merkel à la tête de la CDU allemande.

La dauphine désignée de la chancelière a tiré les leçons de la crise politique ouverte par l’alliance de la CDU avec l’extrême droite en Thuringe, qu’elle n’a pas su empêcher - la manifestation de son «impuissance», d’après le Rheinische Post – qui explique que l’ex-future cheffe du parti conservateur n’a pas réussi à «rassembler sa formation après la débâcle thuringeoise». «L’expérience AKK a échoué», constate Der Tagesspiegel, en faisant état des divisions à la tête de la CDU, où d’autres départs pourraient suivre celui d’Annegret Kramp-Karrenbauer.  Angela Merkel a désigné AKK comme sa princesse héritière, et son départ est aussi une défaite pour la chancelière»: Der Spiegel se demande, lui, si le départ de sa dauphine ne va pas contribuer à «accélérer la fin de l’ère Merkel».

La crise en cours au sein de la CDU est scrutée de près par la presse européenne. Le journal suisse Le Temps souligne «la dimension européenne» de cette crise, en prévenant celles et ceux qui vont devoir s’atteler à la «redéfinition» de la CDU, désormais «écartelée» entre ceux qui souhaitent et ceux qui ne souhaitent pas d’alliance avec l’extrême-droite, qu’ils ne doivent pas oublier «combien la démocratie chrétienne a été une force stabilisatrice en Allemagne depuis la fin de la guerre. Et qu’elle ne peut chanceler sans inquiéter toute l’Europe». «Alors qu’une menace de récession pèse sur l’économie allemande, une atmosphère crépusculaire est entretenue par la passivité d’Angela Merkel»: en France, Le Figaro s’inquiète de voir la chancelière «affaiblie», au moment-même où «le modèle allemand s’essouffle». «Après plus de 14 ans de pouvoir, Angela Merkel vérifie une loi d’airain, déjà subie par Konrad Adenauer et Helmut Kohl: le quatrième mandat est toujours le mandat de trop». Celui ou celle qui lui succèdera devra gérer, «outre le défi posé par l’extrême-droite, l’intégration de positions plus conservatrices» au sein de la CDU, d’après L’Opinion - où le dessin de Kak montre l’aigle fédéral effrayé par la transformation de ses propres pattes en griffes néo-nazies.

Dans la presse, également, le rassemblement silencieux prévu aujourd’hui, à Paris, pour demander la libération de deux chercheurs français, détenus depuis maintenant 9 mois en Iran. Accusés de «complot contre la sûreté nationale», Fariba Adelkah et Roland Marchal sont l’objet de «négociations difficiles» entre Paris et Téhéran, d’après La Croix, qui rapporte que le couple, détenu à la prison d’Evin, pourrait servir de monnaie d’échange contre un Iranien détenu en France depuis le 2 février - comme ce fut le cas pour l’étudiante Clotilde Reiss, qui fut retenue elle aussi à Téhéran pendant un an, et dont la libération, en 2010, fut suivie, deux jours plus tard, par l’expulsion de l’assassin de l’ancien premier ministre du Shah Chapour Bakhtiar. S’agissant des motifs d’emprisonnement concernant Fariba Adelkah et Roland Marchal, jugés «ridicules et même grotesques» par leurs collègues, l’iranologue Bernard Hourcade les explique par la «panique» qui aurait saisi les dirigeants iraniens depuis que les Etats-Unis ont déchiré l’accord sur le nucléaire» de 2015. Selon lui, «l’absence de perspective à moyen et long terme (aurait créé) un désespoir général, tout le monde (reprochant) tout à tout le monde» et il ne serait pas impossible que les «pasdarans, (les gardiens de la révolution), aient souhaité parasiter les tentatives d’Emmanuel Macron et d’Hassan Rohani de renouer les fils du dialogue». La Croix rappelle néanmoins que la France n’est pas le seul pays à se retrouver confronté au dilemme des otages emprisonnés en Iran, qui détient également depuis bientôt 4 ans la chercheuse irano-britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe.

Un coup d’œil, également, à la presse sud-coréenne, qui revient bien sûr largement sur le triomphe du film «Parasite» aux Oscars. En remportant le prix du meilleur film, le long-métrage de Bong Joon-ho crée à la fois la surprise et jubilation dans son pays, où The Korea Times ne manque pas de relever que «Parasite» est le premier film en langue étrangère à l’emporter dans cette catégorie. «Une victoire éclatante» et «la preuve de la volonté d'Hollywood de briser les barrières culturelles», d’après le journal sud-coréen. The Korea Joongang Daily souligne, lui, l’humilité du discours de remerciement du cinéaste, qui a déclaré qu’il aimerait avoir une scie, pour pouvoir couper son Oscar et le partager avec les autres nominés.

On se quitte en Egypte, où un amateur de foot de 75 ans ambitionne de devenir le plus vieux footballeur professionnel du monde. Ezzeldin Bahader, aujourd’hui père de quatre enfants, et grand-père de six petits-enfants, a commencé à jouer au football à l'âge de six ans dans les rues du Caire, d’après The Middle East Monitor, qui rapporte que le septuagénaire vient enfin d’être recruté par un club de troisième division. La preuve qu'il n'est JAMAIS trop tard pour accomplir vos rêves, quel que soit votre âge!


Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
            

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.