Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris à nouveau décidée à aller de l'avant (+0,34%)

Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris se maintenait dans le vert (+0,34%) mardi à la mi-journée, se montrant à nouveau décidée à aller de l'avant même si le coronavirus chinois reste au cœur des préoccupations.

A 13H37 (12H37 GMT), l'indice CAC 40 prenait 20,33 points à 6.036,00 points, dans un volume d'échanges de 1,2 milliard d'euros. La veille, il avait reflué de 0,23%.

La cote parisienne est en hausse depuis l'ouverture.

Wall Street s'orientait également vers une ouverture dans le vert. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avançait de 0,30%, celui de l'indice élargi S&P 500 de 0,29% et celui du Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,46%.

"Les craintes autour de l'épidémie de coronavirus" et son impact sur "l'économie mondiale restent le sujet dominant du moment", mais "les investisseurs se disent aussi qu'en cas d'aggravation de la situation, les banques centrales seront là pour en contrer les effets sur les économies", a observé Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

"C’est le cas de la banque centrale chinoise qui, après avoir déjà injecté plus de 170 milliards de dollars de liquidités, a ajouté 40 milliards de dollars pour les entreprises", a-t-il ajouté.

Le bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus a franchi mardi la barre des 1.000 morts et pour l'OMS, qui a dépêché une mission d'experts en Chine, le nombre croissant de cas de transmission hors de ce pays pourrait augurer d'une plus grande propagation de l'épidémie à travers le monde.

La séance du jour est par ailleurs "riche en événements, avec la primaire démocrate dans le New Hampshire et le premier jour de l'audition semestrielle de Jerome Powell au Congrès, qui démarre comme toujours par la Chambre des représentants", sans compter des publications de résultats nombreuses en Europe, a noté Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

En matière monétaire, la séance comptera deux autres rendez-vous: la présidente de la BCE Christine Lagarde présentera le rapport annuel 2018 de l'institution au Parlement européen et le gouverneur de la Banque d'Angleterre Mark Carney sera devant le Comité des affaires économiques de la Chambre des Lords.

Du côté des indicateurs, le chiffre le plus attendu était le PIB au 4e trimestre 2019 du Royaume-Uni. La croissance est ressortie à 1,4% sur l'année 2019, en légère progression par rapport à 1,3% en 2018 et ce, malgré le Brexit. Sur le quatrième trimestre, elle a été nulle.

- matières premières en forme -

Le secteur des matières premières profitait bien du rebond de l'indice. ArcelorMittal gagnait 1,95% à 16,70 euros, Aperam 2,22% à 31,72 euros, Vallourec 4,65% à 2,34 euros et CGG 2,66% à 2,70 euros.

Michelin était par contre pénalisé (-2,72% à 103,85 euros) par une prévision de résultat opérationnel en léger retrait en 2020, même si le manufacturier de pneumatiques a résisté à la crise automobile l'an dernier en augmentant ses profits.

TechnipFMC montait de 3,64% à 15,53 euros en dépit de l'annonce d'une dépréciation de 2,4 milliards de dollars au quatrième trimestre, en grande partie due à l'évolution de se capitalisation boursière. L'annonce n'a pas vraiment surpris les investisseurs qui, à ce stade, retiennent davantage la confirmation de ses prévisions 2019.

ADP souffrait (-0,23% à 170,50 euros) d'un recul de son bénéfice en 2019, dû à la perte de l'exploitation de l'aéroport Atatürk à Istanbul. Le groupe mise pour 2020 sur une hausse de 2% à 2,5% de son trafic à Paris, qui ne tient pas compte de l'impact, "limité" pour l'instant, des restrictions liées au coronavirus.

Air Liquide profitait à l'inverse (+1,71% à 136,95 euros) d'un bénéfice net en hausse de 6,1% en 2019, à 2,24 milliards d'euros, soutenu par l'ensemble des activités Gaz et Services.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.