Accéder au contenu principal

Darfour : Khartoum va remettre à la CPI quatre Soudanais recherchés pour crimes de guerre

Le Darfour a été le théâtre d'un conflit meurtrier à partir de 2003, entre des insurgés et l'ancien gouvernement soudanais.
Le Darfour a été le théâtre d'un conflit meurtrier à partir de 2003, entre des insurgés et l'ancien gouvernement soudanais. © Mohamed Nureldin Abdallah, Reuters (Archive)

Le Soudan va remettre à la Cour pénale internationale quatre personnes accusées de génocide et de crimes de guerre durant le conflit au Darfour, qui a fait plus de 300 000 morts en 2003, a affirmé mardi un haut responsable soudanais. 

Publicité

Le Soudan va remettre quatre personnes à la Cour pénale internationale (CPI), pour qu'elles répondent d'accusations de génocide et de crimes de guerre durant le conflit au Darfour, a indiqué mardi 11 février un haut responsable soudanais.

"Ceux qui ont été accusés par la CPI doivent y aller", a affirmé Mohamed al-Taayichi, membre du Conseil souverain soudanais, dans un communiqué.

Parmi les quatre accusés figurent Ahmed Haroun, Abdelrahim Mohammad Hussein et Ali Kosheib. Selon l'AFP qui cite cette même source, l'ex-président Omar el-Béchir pourrait être concerné. Incarcéré à Khartoum depuis sa destitution en avril 2019, l'ex-chef d'État âgé de 67 ans est également recherché par la CPI, basée à La Haye, pour ces mêmes crimes.

Or selon Bastien Renouil, le correspondant de France 24 dans la région, une extradition de l'ex-chef d'État soudanais parait compliquée. D'une part parce que le Soudan ne reconnaît pas la CPI, mais surtout car la déclaration des autorités soudanaises a été faite par un civil membre du Conseil souverain de transition. Rien ne prouve qu'il a eu l'accord des militaires au pouvoir pour faire cette annonce, or certains de ces militaires en question sont des proches d'Omar el-Béchir.

Rencontre entre le gouvernement soudanais et les rebelles

Cette déclaration survient après qu'une délégation du gouvernement a rencontré des groupes rebelles dans la capitale du Soudan du Sud, Juba. 

La justice et la réconciliation au Darfour - où 300 000 personnes ont été tuées et des millions déplacées depuis le début du conflit selon l'ONU -, ont été au cœur des discussions, a précisé Mohamed al-Taayichi. La rencontre a abouti à un accord pour la mise en place de plusieurs mécanismes pour pacifier la région, d'après la même source.

Le conflit au Darfour a éclaté en 2003 quand des rebelles issus de minorités ethniques s'estimant marginalisées ont pris les armes contre le régime de Béchir.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.