Accéder au contenu principal
Dans la presse

Affaire Crypto AG : "Le coup du siècle"

La société suisse Crypto AG a vendu pendant des dizaines d’années des appareils de cryptage truqués à plus 120 pays
La société suisse Crypto AG a vendu pendant des dizaines d’années des appareils de cryptage truqués à plus 120 pays © France 24

Dans la presse, ce mercredi 12 février, la victoire de Bernie Sanders à la primaire démocrate du New Hampshire. Les révélations du Washington Post de l’espionnage, par les services secrets américains et allemands d’une centaine de pays, via une société suisse. Celles de Mediapart sur une «taupe» française dans l’organisation Etat islamique. Et l’adolescence des vaches.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan.

Dans la presse, la victoire, cette nuit, de Bernie Sanders à la primaire du New Hampshire.

Déçu après le chaos de la primaire de l’Iowa, remportée de justesse par Pete Buttigieg, le candidat de 78 ans vient de prendre sa «revanche», selon le Huffington Post – qui note que cette fois l’ordre s’est inversé, puisqu’à l’issue de cette primaire, c’est Bernie Sanders qui dispose d’une courte avance, du moins pour le moment,  sur Pete Buttigieg. D’après The Washington Post, les résultats serrés de l’Iowa comme du New Hampshire, prouveraient que les démocrates, s’ils sont unis dans leur désir de vaincre Donald Trump, restent en revanche extrêmement divisés sur la meilleure façon d’y parvenir, une partie d’entre eux estimant que la radicalité de Bernie Sanders est leur meilleur atout, une autre considérant que la modération de Pete Buttigieg sera plus à même de séduire les électeurs.

The Washington Post, qui révèle que les services secrets américains et allemands ont espionné pendant des années plus d’une centaine de pays via une société suisse, spécialisée dans le chiffrement des conversations. Selon le quotidien américain, qui a collaboré pour cette enquête avec la télévision allemande ZDF et la radio-télévision suisse SRF, la société suisse Crypto AG a vendu pendant des dizaines d’années, entre 1970 et 1993, des appareils de cryptage truqués à plus 120 pays - des Etats qui ne savaient pas que cette entreprise appartenait aux services de renseignement des Etats-Unis et d’Allemagne de l’Ouest. Parmi eux, l’Iran, les juntes militaires d’Amérique latine, l’Inde et le Pakistan, et même le Vatican, ainsi que plusieurs pays européens, le Portugal, l’Italie, l’Irlande, l’Espagne, et des membres de l’OTAN. En Suisse, ces révélations provoquent évidemment beaucoup de questions. Le Temps se demande notamment jusqu’où les autorités suisses ont pu «tremper» dans cette affaire. «Le conseil fédéral était-il au courant de «l’opération Rubicon» qui a duré plus de 20 ans?», s’interroge le journal – qui rapporte que Berne vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête et qu’un employé suisse de Crypto AG a fait les frais des opérations douteuses de son employeur, qui lui ont valu de passer 9 mois dans les prisons iraniennes, en 1992.

Toujours à la rubrique renseignement, Mediapart révèle le rôle joué par un espion français infiltré au sein du groupe Etat islamique. Le site raconte qu’un simple citoyen de confession musulmane a réussi à empêcher deux attentats, dont un visant la communauté juive. Nom de code de cette «taupe», un jeune homme passé par le trafic de drogue: «Abominor», recruté par la DGSI, la direction générale de la sécurité intérieure, pour «embobiner», via les réseaux sociaux, des djihadistes déjà en Syrie - des combattants avec lesquels il discutait et qui lui ont servi de caution pour recruter, à leur insu, d’autres informateurs. C’est ainsi qu’ «Abominor» aurait appris qu’un djihadiste s’apprêtant à rentrer de Syrie voulait commettre un attentat contre une synagogue. Un projet dont l’espion est parvenu à se faire préciser les contours par ses contacts, contribuant ainsi à le déjouer. D’après Mediapart, qui dit ne pas pouvoir en dire plus «sous peine de l’exposer», Abominor aurait aussi permis d’empêcher un second attentat, une probable tuerie de masse.

Un mot, également, du vote de confiance, hier, du parlement libanais au nouveau gouvernement d’Hassan Diab, malgré l’opposition de la rue. D’après Arab News, des centaines de manifestants ont tenté de bloquer, en vain, l’accès au parlement à Beyrouth, pour empêcher les députés de voter, les heurts avec les forces de l’ordre faisant 370 blessés, des deux côtés. «Le Liban de nouveau en éruption»: le journal saoudien rappelle que les protestataires, mobilisés depuis le 17 octobre dernier, réclament toujours des réformes en profondeur et le départ de la classe politique libanaise, perçue comme corrompue et incompétente. La session parlementaire d’hier provoque également la colère, mêlée de stupéfaction, de L’Orient Le Jour, qui affirme que «jamais un débat de confiance n’a été aussi rapidement expédié», que «jamais l’opposition populaire à un gouvernement n’a été aussi violente» et que «jamais les élus du peuple ne sont apparus aussi peu représentatifs, aussi bien dans leur comportement que dans leurs discours».

Avant de vous dire à demain, je vous propose de vous changer un peu les idées avec The Daily Mail, qui fait état d’une info capitale: des chercheurs canadiens ont découvert que nos amies les vaches souffrent, à l’adolescence, des mêmes changements d’humeur que les humains à la même période. La faute aux hormones, comme chez nos chers rejetons. On apprend, au passage, que ces changements d’humeur adolescents n’affectent pas, en revanche, les ados rats, écureuils, et grenouilles, qui font preuve d’équanimité tout au long de leur vie. La conclusion qui s’impose, évidemment, c’est qu’il vaut mieux adopter une grenouille qu’une vache, pour préserver sa tranquillité.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse (du lundi au vendredi, à 7h20 et 9h20 heure de Paris). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.