Accéder au contenu principal

Coronavirus: "forte baisse" des ventes de Kering en Chine après une année 2019 record

Publicité

Paris (AFP)

Le groupe de luxe Kering enregistre depuis dix jours une "forte baisse" de ses ventes en Chine continentale en raison de l'épidémie de coronavirus, a indiqué son PDG François-Henri Pinault mercredi, après avoir annoncé des ventes et une marge record en 2019.

"Nous avons une forte baisse des ventes et de la fréquentation en Chine continentale ces dix derniers jours", a indiqué M. Pinault, dont le groupe réalise 34% de ses ventes totales dans la région Asie Pacifique (hors Japon).

Il a cependant estimé qu'il était encore "trop tôt pour évaluer pleinement l'impact" de l'épidémie sur l'activité de Kering qui regroupe les marques Gucci, Yves Saint Laurent ou encore Bottega Veneta.

"Sur la base des expériences passées et en connaissant notre dynamique, nous nous attendons à ce que les choses reviennent à la normale rapidement une fois que l'urgence sera terminée, et nous travaillons déjà sur les prochaines étapes", a affirmé le PDG, soulignant par ailleurs que le début d'année, avant l'arrivée du virus, avait été "très positif".

"Nous suivons très attentivement" l'évolution de la situation, a ajouté François-Henri Pinault.

Kering sort d'une année 2019 record, notamment grâce à l'Asie et à son fleuron Gucci qui frôle les 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Dans un communiqué, le PDG a salué "une nouvelle année de croissance forte et rentable", avec une marge opérationnelle courante qui a "pour la première fois, franchi la barre des 30%".

L'an dernier, Kering a engrangé 15,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires (+ 16,2%). Son bénéfice net de 2,3 milliards d'euros s'est toutefois replié de 37,4% à cause notamment d'une charge d'impôt "exceptionnelle" liée à un redressement fiscal record en Italie de 1,25 milliard d'euros, au terme d'une procédure pour fraude concernant sa marque Gucci.

En 2019, la région Asie-Pacifique (hors Japon) a continué de tirer les ventes du groupe, avec "une croissance de 20,4% en dépit de l'impact des manifestations à Hong Kong sur l'ensemble du dernier semestre", a mis en avant Jean-Marc Duplaix, directeur financier du groupe, lors d'une conférence téléphonique.

Les marques du groupe ont enregistré un repli de quelque 50% de leur chiffre d'affaires à Hong Kong au cours du quatrième trimestre en raison des manifestations pro-démocratie.

Le groupe ne donne pas de perspectives chiffrées pour l'année en cours. Mais il estime que "l'environnement particulièrement incertain qui prévaut à l'heure actuelle ne remet toutefois pas en cause les fondamentaux de Kering sur le marché du luxe".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.