Accéder au contenu principal

La Turquie renouvelle ses menaces contre l'armée syrienne

Des combattants syriens soutenus par la Turquie dans la ville de Sarmin, au nord-ouest de la Syrie, le 11 février 2020.
Des combattants syriens soutenus par la Turquie dans la ville de Sarmin, au nord-ouest de la Syrie, le 11 février 2020. © Omar Haj Kadou, AFP

En cas de nouvelle attaque contre ses militaires, la Turquie n'hésitera pas à frapper le régime syrien "partout" en Syrie, a menacé, mercredi, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, accusant en outre la Russie de prendre part au "massacre" de civils dans le nord-ouest du pays. Pourtant, le Kremlin affirme que les accords sur la désescalade en Syrie reste valable entre Ankara et Moscou.

Publicité

Recep Tayyip Erdogan lance un avertissement. La Turquie frappera le régime de Bachar al-Assad "partout" en Syrie en cas de nouvelle attaque contre ses forces

"Je déclare que nous frapperons le régime partout" en cas de nouvelle attaque contre les forces turques dans la province d'Idleb, a menacé Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours, à Ankara, mercredi 12 février

"Le régime et les forces russes (...) qui les soutiennent attaquent sans arrêt les civils, commettent des massacres et versent le sang", a-t-il ajouté dans une rare sortie contre Moscou, allié clef du régime syrien mais qui parraine avec Ankara le processus d'Astana censé faire taire les armes en Syrie.

Une escalade depuis début février

Quatorze soldats turcs ont été tués et 45 blessés depuis début février dans des attaques du régime dans la région d'Idleb, dernier bastion rebelle en Syrie, où la Turquie dispose d'une douzaine de postes d'observation aux termes d'accords conclus avec la Russie.

Les bombardements du régime syrien, appuyés par Moscou, se sont intensifiés ces dernières semaines dans la région d'Idleb, permettant à Damas de reprendre plusieurs secteurs dans la province, au grand dam d'Ankara.

"Les avions qui frappent les populations civiles à Idleb ne pourront désormais plus mener les actions tranquillement comme avant", a asséné Recep Tayyip Erdogan, sans préciser les moyens qui seraient mis en œuvre à cette fin ou si les avions russes seraient aussi visés.

La Turquie, qui soutient des groupes rebelles, a envoyé ces derniers jours d'importants renforts et des blindés dans le nord-ouest de la Syrie pour les déployer sur de nouvelles positions militaires.

Sauvegarder la relation avec Moscou ?

Un communiqué du Kremlin se veut rassurant sur l'état des relations entre la Turquie et la Russie. Selon ce dernier, les présidents russe, Vladimir Poutine, et turc, Recep Tayyip Erdogan, continuent de souhaiter "la mise en œuvre complète" des accords de désescalade russo-turc en Syrie

Au cours d'une conversation téléphonique, les deux dirigeants "ont souligné l'importance de la mise en œuvre complète des accords russo-turcs", a indiqué le Kremlin, en évoquant en particulier la zone démilitarisée créée dans la région syrienne d'Idleb (nord-ouest), où les forces turques et syriennes se sont affrontées violemment ces derniers jours. Le communiqué, qui précise que le coup de téléphone a eu lieu à l'initiative d'Ankara, ajoute que les deux leaders ont aussi discuté de "divers aspects du règlement de la crise syrienne".

Pour éviter une plus grande escalade, Ankara multiplie les contacts avec Moscou, principal allié du régime de Damas avec qui il avait conclu un accord pour une "zone démilitarisée" sous contrôle russo-turc dans cette région, resté lettre morte.

Depuis début décembre, les violences dans les provinces voisines d'Idleb et d'Alep ont déplacé 689 000 personnes, selon Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha).

Ankara craint que les opérations du régime ne provoquent un nouvel afflux de réfugiés vers son territoire.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.