Accéder au contenu principal

Pour Belliard (EELV), "le temps de l'écologie est venu" à Paris

Publicité

Paris (AFP)

"Le temps de l'écologie est venu", affirme David Belliard à l'AFP: le candidat EELV veut que Paris "refasse lien avec la nature" et soit plus accueillante pour les enfants.

Q.: Vous achevez votre premier mandat d'élu à Paris, pourquoi voulez-vous être le prochain maire de Paris ?

"Parce que j'aime cette ville, dans laquelle je suis depuis le début des années 2000. Je viens d'une famille assez modeste et je voyais Paris comme une sorte de rêve... Le rêve de tous les possibles sur un plan professionnel, le rêve aussi d'émancipation, je suis gay donc c'était le Paris aussi de toutes les libertés. Paris m'a offert beaucoup de choses: des opportunités professionnelles, de rencontrer des gens exceptionnels... C'est le rêve parisien, qui n'existe plus parce que le David Belliard de 2002 avec en gros zéro argent, aujourd'hui en 2020, il ne pourrait pas se loger. La ville est devenue trop chère, trop dure, trop brutale, et moi, je veux retrouver le rêve parisien."

Q: Quel Paris voulez-vous pour dans cinq, dix, ou quinze ans ?

"Le Paris de 2025 ou de 2030, c'est un Paris qui est déjà plus vert, avec plus d'espaces verts, un Paris qui sait répondre aux grands enjeux dont le dérèglement climatique. Une ville où il faut reconquérir les berges, notamment les berges de Seine, faire un grand parc végétal d'Est en Ouest, redécouvrir la Bièvre, cette rivière aujourd'hui enfouie sous le béton. Enfin, c'est un Paris pour tout le monde. Je veux une ville qui accueille."

Q: Pollutions atmosphérique, sonore, visuelle... Quelles sont vos solutions ?

"Il faut libérer Paris de la voiture, ne garder que les voitures individuelles (de professionnels), en faire une ville qui soit 100% cyclable, donc moins bruyante. Faire une ville qui s'engage profondément vers un autre modèle économique, pas celui de la compétition, mais celui de la coopération. Une ville qui ne vous dit pas tous les 15 mètres avec des grands panneaux de pub qu'il faut acheter. Moi, je veux une ville sans publicité, comme l'a fait Grenoble. Et à la place, je veux qu'on plante des arbres. Il faut remettre la nature en ville et arrêter de construire à tout va, inventer une ville qui refasse lien avec la nature, redonner une place aux animaux, aux végétaux avec des parcs et des espaces verts."

Q: Votre groupe au conseil de Paris a soutenu la création d'une salle de consommation de drogues à moindre risque, dite "salle de shoot". Poursuivrez-vous demain cette expérimentation ?

"Dans le Xe arrondissement, cette salle pose un certain nombre de difficultés et je l'entends, notamment auprès d'élèves et pour les riverains; notamment parce qu'on a une seule salle de consommation à moindre risque aujourd'hui et qu'il y a trop de monde. Il y a aujourd'hui des besoins qui sont beaucoup plus importants, donc il faut avoir un dispositif qui corresponde. Je souhaite proposer la création de nouvelles salles de consommation à moindre risque, dont certaines pourraient être d'ailleurs mobiles parce que je pense qu'il ne faut pas que ce soit toujours les mêmes riverains qui soient confrontés à ces salles."

Q: Quelle est la mesure phare de votre projet ?

"C'est faire le Paris des enfants. Aujourd'hui, c'est une ville qui n'est pas faite pour les enfants, où ils ne peuvent pas jouer, où ils sont en insécurité, ne peuvent pas faire du vélo. Quand je vois les gamins jouer parfois dehors, je vois qu'ils sont entre les voitures, ça me fait peur. Je veux redonner Paris aux enfants et pour cela, je veux piétonniser les abords des écoles, créer des zones avec la nature, faire du bio dans les cantines, leur donner accès à la culture, à l'apprentissage de la musique grâce à un grand plan Musique à Paris."

Q: Pourquoi les Parisiennes et les Parisiens doivent-ils voter pour vous, plus que pour une ou un autre candidat ?

"Parce que le temps de l'écologie est venu. Parce qu'aujourd'hui, nous sommes dans une situation dramatique (avec) les dérèglements climatiques, des pics de canicule à Paris, des risques de crue, des pics de pollution... Bref, il faut changer. Et pour écrire une nouvelle histoire, il faut mettre l'écologie au pouvoir. Il faut voter David Belliard."

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.