Accéder au contenu principal

Au Mali, au moins 20 villageois tués lors d'une attaque à Ogossagou

Un soldat malien dans le village massacré d'Ogassogou le 23 mars 2019.
Un soldat malien dans le village massacré d'Ogassogou le 23 mars 2019. Présidence malienne, AFP

Selon des responsables locaux, au moins vingt villageois ont été tués par une trentaine d'hommes armés lors d'une attaque, dans la nuit de jeudi à vendredi, à Ogossagou, dans le centre du Mali. En mars 2019, ce même village peul avait été la cible d'une attaque faisant 160 morts.

Publicité

Au moins vingt civils ont été tués lors d'une attaque dans la nuit de jeudi à vendredi, à Ogossagou, un village du centre du Mali, ont indiqué vendredi 14 février des responsables locaux. 

D'après le chef du village, Aly Ousmane Barry, l'attaque a été menée dans la nuit par une trentaine d'hommes armés, quelques heures après le retrait de l'armée malienne de la localité. Selon lui, les assaillants "ont mis le feu à une partie du village".

"J'ai fait le décompte en présence des militaires et des services de santé. Nous avons 20 morts, certains étaient calcinés", a ajouté Aly Ousmane Barry.

Le gouvernement a de son côté donné le chiffre de 21 morts.

Un élu d'Ogossagou a confirmé que l'attaque avait eu lieu quelques heures après le départ des forces armées maliennes de la zone, proche de la frontière avec le Burkina Faso.

Une région en proie à de multiples violences

Le 23 mars 2019, l'attaque par des hommes armés de ce village peul avait fait 160 morts civils. Attribué à des chasseurs dogons, le massacre avait été le point culminant de violences intercommunautaires en mars-avril dans le centre du Mali.

Cette région est prise dans un tourbillon de violences depuis 2015 et l'apparition d'un groupe jihadiste affilié au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), emmené par le prédicateur peul Amadou Koufa, qui a largement recruté parmi sa communauté.

Les affrontements se sont en outre multipliés entre les Peuls, majoritairement éleveurs, et les ethnies bambara et dogon, qui pratiquent essentiellement l'agriculture. Ces dernières ont créé des groupes d'autodéfense en s'appuyant sur les chasseurs traditionnels dozos.

Huit soldats tués à Gao

Par ailleurs, dans la région de Gao, dans le centre du pays, huit soldats maliens ont également été tués vendredi dans une embuscade tendue à Bintia, a annoncé l'armée malienne sur les réseaux sociaux.

"Quatre autres (soldats) ont été blessés. Les FAMa (Forces armées maliennes) ont en outre enregistré des dégâts matériels", a-t-elle ajouté, sans désigner les auteurs possibles de l'attaque.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.