Accéder au contenu principal

Rugby: Mako Vunipola assume les transactions qui ont mis les Saracens en difficulté

Publicité

Londres (AFP)

Le pilier international anglais Mako Vunipola a assumé les montages financiers mis en place avec le propriétaire de son club des Saracens pour contourner le plafond salarial et qui ont précipité la chute du club condamné à une relégation en fin de saison.

"Si j'avais le choix de le refaire, je le referais même en sachant ce qui est arrivé", a déclaré le joueur à des journalistes après un entraînement avec la sélection.

Pour pouvoir attirer de nombreuses stars dans son équipe, le propriétaire du club, et à l'époque son président, Nigel Wray, avait fondé des co-entreprises avec certains joueurs.

Il avait ainsi injecté 450.000 livres (542.000 euros) dans une entreprise avec Mako et son frère Billy Vunipola, troisième ligne des Saracens et de l'Angleterre, pour des investissements immobiliers.

Mais ces montages, étalés sur plusieurs années avec différentes stars du club, ont été considérés par la suite par une commission indépendante comme des rémunérations déguisées et une façon de contourner le plafond salarial de 7 millions de livres (8,4 M EUR).

Ces manipulations comptables ont valu au club de la banlieue de Londres une relégation obligatoire à la fin de la saison et une amende de plus de 6 millions d'euros.

"Cela ne veut pas dire que je ne me soucie pas de ce qui est arrivé au club", s'est défendu Vunipola, "mais c'est surtout que je sais que le rugby est important et nos carrières sont courtes et je veux être un peu prévoyant".

Aucun des joueurs impliqués dans ces montages n'a été sanctionné et le pilier a assuré qu'il n'avait "pas la moindre idée" qu'ils seraient jugés irréguliers.

Interrogé sur son futur et s'il allait imiter le talonneur Jamie George qui s'est engagé à rester avec les Sarries même en Championship (D2), Vunipola a botté en touche.

"Là tout de suite, je n'en sais absolument rien. Certaines choses doivent se passer avant que je puisse dire de façon certaine si je reste".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.