Accéder au contenu principal

Top 14: Stade Français libéré, Stade Français plus dernier

Publicité

Paris (AFP)

Contesté chez lui, le Stade Français a été héroïque en fin de match pour sortir du piège rochelais (21-20) et grimper à la 11e place du Top 14 lors de la 15e journée.

Libéré, soulagé par l'essai de Nicolas Sanchez, inscrit bien après la fin des 80 minutes réglementaires, à l'issue de nombreuses phases de combat et de mêlées contre des Rochelais finalement épuisés et fautifs, le Stade Français n'est plus dernier.

Le club parisien a cette fois su trouver la clé du verrou rochelais, contrairement à la saison dernière, quand le Stade rochelais était venu s'imposer ici (14-12) pour la première fois de son histoire. Résultat, Paris monte à la 11e place (24 pts), et laisse le fauteuil de dernier à Agen (22 pts).

Pourtant, rien n'était donné d'avance. Surtout quand, à la 71e minute, l'Argentin Facundo Bosch a donné l'avantage à La Rochelle (18-16) à la sortie d'un ballon porté et en résistant bien à la défense parisienne pour le 3e essai des Bagnards.

"Ici, ici, c'est La Rochelle" entendait-on alors dans un stade Jean Bouin, qui sentait le vent glacial souffler... jusqu'à l'essai salvateur d'un autre Argentin, l'ouvreur Sanchez.

En début de match, Paris a été le premier entreprenant, ouvrant le score, déjà, par Sanchez sur pénalité (6e), puis, en sortie d'une mêlée bien menée, en inscrivant le premier essai, après un beau mouvement côté ouvert entre les trois-quarts, conclu par le centre Alex Arrate (8e).

Comme anesthésiés par leur essai, les Parisiens se sont ensuite un peu éteints, se reposant sur leur défense et laissant la place à l'enfant de Paris Jules Plisson, qui avait joué toute sa carrière au Stade Français avant d'être poussé à la sortie l'automne dernier et de rebondir chez les Maritimes.

C'est lui, d'abord, qui a réduit le score sur pénalité (15e) avant d'être à l'initiative du premier essai rochelais (21e, 13-8): en servant Kevin Gourdon pour perforer le rideau parisien puis en propulsant d'une passe sautée Wiian Liebenberg pour aplatir en coin.

En deuxième période, La Rochelle est resté au contact, avec un deuxième essai du talonneur Pierre Bourgarit après une course de 30 mètres où il a laissé sur place plusieurs Parisiens (52e, 16-13), avant de passer devant.

Mais, après le renversement de situation final, ce sont bien les Parisiens qui ont fêté ça dans les vestiaires. Soulagés.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.