Accéder au contenu principal

Tour de La Provence: Nairo Quintana maître du mont Ventoux

Publicité

Mont Ventoux (France) (AFP)

Intégration express: Nairo Quintana a écrasé la concurrence sur les flancs du mont Ventoux et signé samedi sa première victoire sous les couleurs de sa nouvelle équipe Arkéa-Samsic lors de la 3e étape du Tour de La Provence, et a remisé Thibaut Pinot (9e) à plus de deux minutes.

Nouveau leader du classement général, devant le surprenant champion de Russie Aleksandr Vlasov, relégué à une minute, le Colombien est en position de force pour s'offrir la victoire finale à Aix dimanche au terme d'une dernière étape bien moins accidentée.

Ce serait déjà le quatrième bouquet pour Arkéa-Samsic en 2020, un total proche de son bilan l'an passé... sur toute la saison (5).

Bien sûr, la vérité de l'hiver ne résiste pas toujours aux premières giboulées annonçant les grands rendez-vous de la saison cycliste. Mais ce succès apporte "du bonheur et de la confiance", a apprécié Nairo Quintana samedi après plusieurs saisons de cohabitation tendue avec les autres leaders de la Movistar.

"Ce qui est très important pour Nairo, c'est qu'il retrouve le sourire", a confirmé le manager de sa nouvelle équipe bretonne, Emmanuel Hubert.

Sans réaction face à l'envol de Nairo Quintana à plus de 7 kilomètres de l'arrivée au Chalet Reynard, Thibaut Pinot a constaté qu'il avait "encore du boulot à faire".

"On est tombés sur vraiment plus fort aujourd'hui, un Quintana impérial. On est à notre place, il n'y a pas d'excuse", a assumé le héros malheureux du dernier Tour de France, sans s'attarder sur le "mal de ventre" qu'il ressentait depuis la veille.

Rien d'inquiétant pour le Franc-Comtois à ce stade de la saison: son premier objectif, Paris-Nice est dans trois semaines.

Et Nairo Quintana a eu une reprise légèrement plus précoce puisqu'il a participé dès le 30 janvier aux championnats de Colombie.

"Chaque coureur est différent", déminait déjà le grimpeur français de la Groupama-FDJ avant le départ. "J'ai déjà été bon en février et pas bon en juillet."

Peut-être aussi que sa fin de saison très prématurée, avec la déchirure de son abandon sur le Tour de France, le handicape lors de cette reprise.

"Ma coupure a été plus longue que les autres années et j'ai mis un peu plus de temps à retrouver des bonnes sensations", a reconnu le triple vainqueur d'étape sur le Tour.

Prochain test dans une semaine, sur le Tour des Alpes-Maritimes et du Var, qui offrira lui aussi du relief.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.