Accéder au contenu principal

Fin de quarantaine pour un deuxième groupe de rapatriés de Wuhan en France

Publicité

Carry-le-Rouet (France) (AFP)

Après 14 jours de quarantaine près de Marseille, quelque 120 personnes évacuées de Wuhan en Chine ont commencé à recouvrer la liberté dimanche, avec le soulagement de ne pas être contaminées par le nouveau coronavirus, a constaté une journaliste de l'AFP.

Il s'agit de la deuxième vague de rapatriés en France à pouvoir sortir du centre de vacances de Carry-le-Rouet, que 181 personnes avaient déjà pu quitter vendredi.

Vers 07H00, une navette a quitté le centre, a constaté une journaliste de l'AFP, et d'autres devaient la suivre dans la matinée. Au total, 44 personnes doivent partir de Carry-le-Rouet, selon la préfecture des Bouches-du-Rhône. Ils étaient arrivés le 2 février en France.

Dans leur avion, 78 autres rapatriés - 19 Français et 59 ressortissants d'autres pays - avaient été placés en quarantaine dans un centre de formation des officiers de sapeurs-pompiers à Aix-en-Provence (Ensosp), à une trentaine de kilomètres de Marseille. Ils devaient eux aussi quitter dans la journée de dimanche leur lieu de quarantaine.

En revanche, 35 autres personnes arrivées via Londres le 9 février resteront confinées jusqu'au 23 février à Aix-en-Provence.

Après les départs de dimanche, le centre de vacances de Carry-le-Rouet réquisitionné pour cette période de confinement sera vide. "Personne n'était malade finalement, donc, oui, on va nettoyer et appliquer les procédures de désinfection mais comme à l'arrivée, pas plus", a précisé Marc Zyltman, chef du dispositif pour la Croix-Rouge.

La maladie due au nouveau coronavirus apparu à Wuhan, dans le centre de la Chine, a tué près de 1.700 personnes, dont 4 hors de Chine continentale, où plus de 68.000 personnes sont contaminées,

Ailleurs, près de 600 cas de contamination par l'épidémie du coronavirus, appelée officiellement Covid-19, ont été confirmés dans une trentaine de pays avec un premier cas signalé vendredi en Afrique. Un premier décès hors d'Asie est survenu vendredi soir, en France, celui d'un octogénaire chinois originaire d'une ville située à quelque 400 km de Wuhan, arrivé en France le 23 janvier .

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.