Accéder au contenu principal

Ligue 1: encore raté pour Lyon, qui tourne au ralenti

Publicité

Décines-Charpieu (France) (AFP)

Lyon n'y arrive toujours pas: l'OL a encore tourné au ralenti à domicile face à Strasbourg (1-1) dimanche pour la 25e journée de Ligue 1 et le temps commence à presser en vue du podium, de plus en plus hypothétique.

L'équipe de Rudi Garcia, qui n'a gagné aucune de ses quatre dernières rencontres en L1, n'a donc pris que deux points sur douze possibles, loin des standards nécessaires pour espérer finir dans le top 3.

Résultat: Lyon stagne à la 10e place du classement, à trois longueurs d'une solide équipe de Strasbourg qui pointe à la 7e place.

Pire, la performance globale de l'OL, de nouveau bien faible, ne laisse pas entrevoir d'embellie à court terme au vu du niveau de certains de ses joueurs et de l'absence manifeste de complémentarité entre eux.

A dix jours de recevoir la Juventus Turin en 8es de finale aller de Ligue des champions (26 février) et avec la perspective d'affronter encore deux fois le Paris SG en demi-finale de Coupe de France (4 mars) et en finale de Coupe de la Ligue (4 avril), la situation devient de plus en plus inquiétante, surtout dans l'optique d'une qualification européenne que l'OL n'a plus manquée depuis 1997.

Pourtant, Lyon a su ouvrir la marque dimanche par Bertrand Traoré, qui a repris de la tête un centre délivré de l'aile gauche par Maxwel Cornet (21e), soit le premier but en championnat du Burkinabé depuis mars 2019.

Traoré a manqué de peu de porter le score à 2-0 mais sa reprise de la tête, après un centre de la gauche de Fernando Marçal, est passée cette fois-ci de peu à côté (32e).

Incapable de prendre le contrôle du jeu en raison d'un important déchet technique, Lyon s'est finalement fait surprendre par le Racing qui a égalisé avec un but de Zohi, validé après intervention de la vidéo-assistance en raison d'une suspicion de hors-jeu (44e). Sur le coup, l'alignement de la défense lyonnaise a de nouveau été un modèle du genre...

En début de rencontre, Thiago Mendes, de la tête, avait failli marquer contre son camp (2e) avant que Marçal ne soit lui aussi proche de tromper son propre gardien, comme il l'avait déjà fait à Paris le 9 février, d'une passe lointaine un peu trop puissante qui a contraint Anthony Lopes à un sauvetage en catastrophe (4e).

- Guimaraes attendra -

L'embellie aurait pu venir du Brésilien Bruno Guimaraes, dont l'intégration était tant attendue par le public lyonnais pour éclairer le jeu. Raté là encore: la dernière recrue du club, acquise pour 20 millions d'euros en fin de mercato et arrivée lundi, est restée sur le banc de touche.

La blessure à une cheville du défenseur Rafael d'entrée de jeu (7e) a privé trop tôt Rudi Garcia d'un changement et Moussa Dembélé comme Martin Terrier ont chacun remplacé Traoré (63e) et Cornet (74e), lequel a d'ailleurs manqué une très belle opportunité après un centre de Karl Toko Ekambi (67e), seule occasion lyonnaise après la mi-temps.

A l'inverse, Dimitri Liénard et Kenny Lala, avec des tentatives passant de peu à côté, auraient pu offrir la victoire à leur équipe en fin de partie (80e, 87e). Dans le temps additionnel, un ultime coup franc de Liénard a heurté le poteau sans qu'Alexandre Djiku ne puisse glisser le ballon dans le but (90e+2).

Un moindre mal pour Lyon, qui a néanmoins brûlé tous ses jokers dans la course à l'Europe...

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.