Accéder au contenu principal

Retraites: ambiance chahutée à l'Assemblée pour le début d'une longue bataille

Publicité

Paris (AFP)

C'est parti pour un long marathon à l'issue incertaine: la bataille des retraites a démarré lundi à l'Assemblée dans une atmosphère déjà électrique, le gouvernement vantant une "ambition immense" face à une opposition qui entend torpiller une réforme jugée "injuste" avec une nuée d'amendements.

Le tout nouveau ministre de la Santé Olivier Véran a défendu un projet annoncé "de longue date" qui "a la légitimité d'un programme présidentiel", à l'ouverture des débats sur cette réforme hautement sensible, voulue par Emmanuel Macron et qui vise à créer un "système universel" de retraite par points.

Le "marcheur" vient de succéder à Agnès Buzyn qui a pris la tête de la campagne LREM pour Paris, après l'affaire Griveaux.

Son discours, précédant celui du secrétaire d'Etat Laurent Pietraszewski, a vite été interrompu par des cris de l'opposition. "Ne commencez pas, vous aurez des heures, des jours et des nuits pour vous ébrouer dans la démocratie", a lancé Richard Ferrand (LREM) depuis le perchoir.

Après des semaines de contestation de la réforme dans la rue, l'appel à une "journée morte" dans les transports était peu suivi lundi. Plusieurs centaines de personnes ont pris part à une manifestation "symbolique" et une "Assemblée populaire" de gauche s'est tenue aux abords du Palais Bourbon, en attendant une nouvelle journée interprofessionnelle jeudi.

Pour l'heure, quinze jours de débats sont prévus, soit 84 heures. Face à un calendrier jugé "intenable", Richard Ferrand a proposé un "temps programmé" de 100 heures sur trois semaines, mais les députés LFI et PCF ont refusé.

Devant l'avalanche d'amendements de la gauche de la gauche, M. Pietraszewski a raillé les "robots d'une organisation tayloriste d'obstruction".

Les responsables de la majorité martèlent qu'un recours au 49-3 - arme de la Constitution qui permet l'adoption sans vote - "n'est pas l'objectif", mais des "marcheurs" ne l'excluent pas si le débat est "clairement impossible".

"Ce sera votre Waterloo politique!" a prévenu lundi le LR Damien Abad. Ce serait même "du délire" pour le numéro un de la CFDT Laurent Berger.

Le gouvernement table toujours sur une adoption en première lecture avant les municipales dans un mois et espère un feu vert définitif "d'ici l'été".

- "Une vie d'enfer" -

Malgré quelques interrogations en interne et voix dissonantes, la majorité veut faire aboutir cette réforme "de progrès social", "contre vents d'obstruction et marées d'amendements". Droite comme gauche dénoncent, elles, un "mépris" du Parlement et un projet "nébuleux" et "à trous", avec notamment la trentaine d'ordonnances programmées.

Les trois groupes de gauche - PS, PCF et LFI - tablent en plus des amendements (près de 37.000 à eux trois) sur une motion de censure à une date qui reste à déterminer. Ils ont aussi tenté en vain lundi une "motion référendaire", qui sert à demander au président de la République un référendum. Elle a été rejetée par 160 voix contre 70. Autant de "manoeuvres dilatoires" pour le gouvernement.

Le patron des insoumis Jean-Luc Mélenchon a promis de tenir "la tranchée" jusqu'à "la victoire" contre "la plus terrible régression sociale de toute la Ve République", son collègue Eric Coquerel promettant de mener "une vie d'enfer" à la majorité.

Les députés communistes, qui arboraient des t-shirts "Référendum" dans les couloirs de l'Assemblée, ont aussi défendu une motion de rejet (repoussée par 145 voix contre 68). Leur porte-parole Pierre Dharréville a fustigé un projet "monstrueux" et invité le gouvernement à mettre fin au "supplice".

"Vous n'êtes pas à la hauteur de l'histoire sociale de ce pays", a répliqué le patron de LREM Stanislas Guerini, en jugeant que "la gauche qui s'oppose à tout, elle ne sert à rien du tout".

Quant au groupe LR, qui entend incarner "une troisième voie", il fustige comme la gauche l'"amateurisme" du gouvernement, en particulier sur la question du financement. "Rien n'est clair, tout est à revoir", a lancé le député des Vosges Stéphane Viry, défendant lui aussi une motion de rejet (retoquée par 145 voix contre 94): "Entendez cette France qui gronde".

parl-chl/reb/jk/swi

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.