Accéder au contenu principal

Afghanistan : Abdullah Abdullah se proclame président et annonce un gouvernement parallèle

Abdullah Abdullah se proclame président et annonce un gouvernement parallèle.
Abdullah Abdullah se proclame président et annonce un gouvernement parallèle. Jim Bourg, AFP

"Notre équipe a gagné" et "nous annonçons notre gouvernement de rassemblement", a déclaré le candidat malheureux à la présidentielle Abdullah Abdullah, mardi 18 février, peu après la publication des résultats officiels de la Commission électorale indépendante donnant vainqueur le chef de l'État sortant Ashraf Ghani, par 50,64 % des scrutins exprimés.

Publicité

Le candidat malheureux à la présidentielle Abdullah Abdullah a contesté, mardi 18 février, les résultats officiels de la Commission électorale indépendante (IEC), qui donnent le chef de l'État sortant Ashraf Ghani, vainqueur du scrutin présidentiel de septembre dernier. Il a revendiqué sa propre victoire, annonçant qu'il formait un gouvernement parallèle.

"Notre équipe, en se basant sur des votes biométriques propres, a gagné (...). Les fraudeurs sont la honte de l'histoire et nous annonçons notre gouvernement de rassemblement", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse à Kaboul. Selon les résultats définitifs de la Commission électorale indépendante, M. Abdullah, chef de l'exécutif, a fini 2e du scrutin, avec 39,52 % des voix. 

Le vice-président Abdul Rashid Dostum, un puissant ancien seigneur de guerre et allié d'Abdullah, avait lui aussi menacé de former un gouvernement parallèle si des résultats "frauduleux" étaient annoncés.

Cette présidentielle a été marquée par une participation très faible, avec 1,8 million de votes pris en compte par l'IEC, sur un total de 9,6 millions d'électeurs enregistrés. Près d'un million sur les 2,7 millions de votes recensés à l'origine avaient été écartés pour irrégularités. Tant la population afghane que la communauté internationale craignent une répétition du scénario de 2014, quand Abdullah Abdullah avait contesté les résultats du scrutin, entaché de graves irrégularités, ce qui avait débouché sur une crise constitutionnelle.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.