Avec Bombardier Transport, Alstom en passe de devenir le numéro 2 mondial du rail

Un panneau publicitaire de Bombardier est photographié au passage d'un train des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF - SBB) à la gare de Berne, en Suisse, le 24 octobre 2019.
Un panneau publicitaire de Bombardier est photographié au passage d'un train des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF - SBB) à la gare de Berne, en Suisse, le 24 octobre 2019. © Denis Balibouse, Reuters
5 mn

Le constructeur ferroviaire français Alstom a annoncé, lundi, avoir signé un protocole d'accord pour racheter la branche ferroviaire du conglomérat canadien Bombardier pour un prix compris entre 5,8 et 6,2 milliards d'euros. L'objectif est à terme de concurrencer le géant chinois du secteur, CRRC.

Publicité

"Une très belle opération." Voici ce qu'a déclaré le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, après que le constructeur ferroviaire français a annoncé, lundi 17 février, avoir signé un protocole avec la multinationale Bombardier et la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour racheter 100 % de sa branche transport.

"Cette acquisition renforcera notre présence internationale ainsi que notre capacité à répondre à la demande toujours plus importante de solutions de mobilité durable", a ajouté Henri Poupart-Lafarge.

Le groupe canadien, en difficultés financières, compte affecter le produit de la vente – compris entre 5,8 et 6,2 milliards d'euros – à la réduction de sa dette, qui s'élevait fin 2019 à 9,3 milliards de dollars américains.

>> À voir : Alstom-Siemens : le projet de fusion qui déraille

Bombardier Transport, basé à Berlin, a réalisé en 2019 un chiffre d'affaires de 7,7 milliards d'euros, terminant l'année avec un carnet de commandes de 33 milliards d'euros. Elle emploie 36 000 personnes.

Bombardier dispose notamment à Crespin, dans le nord de la France, de la plus grosse usine ferroviaire du pays avec 2 000 employés.

Alstom, qui exploite de nombreux sites plus petits, a bouclé son dernier exercice 2018-2019 avec un chiffre d'affaires global de 8,1 milliards d'euros, son carnet de commandes culminant à 43 milliards d'euros au 31 décembre 2019. Le fabricant du TGV emploie 36 300 personnes, dont 9 500 en France.

"Une fusion offensive"

Les deux groupes disposent d'un quasi-monopole sur le matériel roulant en France, où ils collaborent régulièrement comme sur le métro et le RER de Paris.  

"Il n'y a pas du tout d'idée de restructurations ou de menace sur l'emploi dans cette acquisition, bien au contraire", a assuré Henri Poupart-Lafarge à des journalistes. "Ce n'est pas une fusion défensive dans laquelle nous essaierions de gagner des synergies de coûts par des restructurations, c'est une fusion offensive dans un marché en croissance".

Des "adaptations" seront peut-être nécessaires, "ponctuellement", en fonction des plans de charge des différentes usines, a-t-il toutefois reconnu, interrogé sur les sites allemands de Bombardier. En tout état de cause, ni l'usine Bombardier de Crespin, ni celle d'Alstom à Valenciennes, à quelques kilomètres, ne sont concernées, selon lui.

Concurrencer le mastodonte chinois CRRC

Avec un chiffre d'affaires cumulé de plus de 15 milliards d'euros et un carnet de commandes dépassant les 75 milliards, un mariage Alstom-Bombardier doit créer un groupe puissant pour affronter le mastodonte chinois CRRC, dont les ventes dépassaient les 28 milliards d'euros en 2018, et qui exporte désormais dans le monde entier.

La menace chinoise et la nécessité de progresser dans les technologies numériques avaient déjà été évoquées pour justifier la reprise d'Alstom par Siemens, bloquée en février 2019 par la Commission européenne, qui craignait une position trop dominante en Europe dans la signalisation ferroviaire et les trains à grande vitesse.

Il restera à voir quelle sera la réaction de Bruxelles quant à ce nouveau mariage ferroviaire. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, doit s'entretenir mardi avec la vice-présidente de la Commission, Margrethe Vestager, dont le veto avait été très critiqué l'an dernier à Paris et à Berlin.  "Nous sommes confiants", a noté Henri Poupart-Lafarge lundi, tandis que la Commission européenne s'est refusée à tout commentaire.

Recentré depuis novembre 2015 sur le transport ferroviaire après la vente controversée de sa branche énergie à l'américain General Electric (GE), le groupe français jouit d'une situation financière saine.

Une opération qui devrait se faire au premier trimestre 2021

La CDPQ, qui détient actuellement 32,5 % de Bombardier Transport, doit devenir au terme de l'opération son premier actionnaire avec environ 18 % du capital, selon le groupe français. La Caisse doit réinvestir dans Alstom l'intégralité du produit net de la cession de sa participation dans Bombardier Transport et investir 700 millions d'euros supplémentaires dans le groupe.

Alstom s'est engagé à développer ses activités au Québec et à installer le siège de ses opérations américaines à Montréal.

Bouygues, premier actionnaire du groupe ferroviaire français avec 15 % du capital, en conservera environ 10 %. Et Bombardier devrait en récupérer 3 %.

La transaction, payée pour partie en numéraire et pour partie en actions nouvellement émises par Alstom, doit encore être approuvée par les autorités de la concurrence, notamment Bruxelles. "La réalisation de l'opération est attendue pour le 1er semestre 2021", a indiqué Alstom.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine