Accéder au contenu principal

Affaire Carlos Ghosn : le parquet de Nanterre ouvre une information judiciaire

L'ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, lors de la conférence de presse à Beyrouth, le 8 janvier 2020.
L'ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, lors de la conférence de presse à Beyrouth, le 8 janvier 2020. © Mohamed Azakir / Reuters

Le parquet de Nanterre a annoncé, mercredi, l'ouverture d'une information judiciaire pour faire la lumière sur des flux financiers suspects entre Renault et une société basée à Oman et des prestations événementielles qui auraient bénéficié à Carlos Ghosn, l’ancien patron de Renault-Nissan.

Publicité

Le parquet de Nanterre vient d'ouvrir une information judiciaire visant Carlos Ghosn, l'ancien patron de Renault. Cette information vise des faits présumés d'"abus de biens sociaux, abus de biens sociaux aggravés, abus de confiance aggravés, recel de ces infractions, faux et usage, blanchiment aggravé d'abus de biens sociaux et d'abus de confiance aggravés". Le parquet précise dans un communiqué transmis mercredi 19 février qu'il s'agit de "faits commis entre 2009 et 2020".

"Ces infractions visent d’une part des flux financiers suspects entre la société SAS Renault et un distributeur de véhicules à Oman, la société SBA", précise le communiqué. Concernées également, des prestations - dont des dépenses évènementielles et des voyages - susceptibles d’être d’ordre privé, réglées par une filiale néerlandaise, RNBV, au détriment du groupe Renault, pour des montants de plusieurs millions d’euros", ajoute le parquet.

L'ancien patron de Renault-Nissan, qui se trouve actuellement au Liban après avoir fui fin décembre le Japon où il devait être jugé pour des malversations financières, est soupçonné d'avoir en connaissance de cause utilisé les ressources du groupe automobile à des fins privées.

>> À lire aussi : de quoi Carlos Ghosn est-il accusé ?

Le caractère institutionnel de deux soirées organisées en mars 2014 et octobre 2016 au château de Versailles en présence de Carlos Ghosn ne fait néanmoins aucun doute pour les responsables du domaine, qui affirment n'avoir jamais été payés par les "fonds personnels" de l'ancien patron de l'alliance.

"Aucun document communiqué à l’tablissement public du château de Versailles relatif à l’organisation de ces deux manifestations ne remettait en cause leur caractère institutionnel pour la société Renault", a dit une porte-parole de Versailles à Reuters. 

Avec Reuters 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.