Accéder au contenu principal

Différend avec Castaner: "une affaire de principe" et non "personnelle", pour Olivier Faure

Publicité

Paris (AFP)

Le numéro un du PS, Olivier Faure, a considéré jeudi que le différend qui l'oppose au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner n'était "pas une affaire personnelle", mais "une affaire de principe", lors d'un entretien sur France 2.

Mercredi matin, M. Castaner avait déclenché une tempête sur France Inter en se disant "étonné des leçons de morale" d'Olivier Faure à propos des déboires de Benjamin Griveaux, le ministre de l'Intérieur ajoutant qu'il "connaissait bien" le patron du PS pour l'avoir "accompagné dans ses divorces et ses séparations".

Face au tollé, Christophe Castaner avait affirmé à l'AFP en début de soirée: "Si mes propos l'ont blessé, je les regrette. Il n'y avait aucune menace".

"Ce n'est pas une affaire personnelle, c'est une affaire de principe: moi je ne suis pas blessé, comme il a cherché à l'évoquer, ce n'est pas la question", a tonné Olivier Faure jeudi matin.

"La question, ce n'est pas nous présenter des excuses à moi. Si vous présentez des excuses à quelqu'un, il y a un certain nombre de victimes auxquelles il peut le faire, des gens qui ont perdu un œil, des gens qui ont perdu une main depuis un an", a-t-il ajouté, en référence aux blessés lors des manifestations des "gilets jaunes".

Le patron du PS a toutefois indiqué qu'il n'entendait pas déposer plainte, ni qu'il réclamait la démission du patron de la place Beauvau. Il a encore indiqué que M. Castaner ne l'avait pas appelé.

Les deux quinquagénaires se sont côtoyés pendant des décennies au Parti socialiste, des jeunesses rocardiennes aux arcanes de l'Assemblée nationale, où tous deux ont été élus pour la première fois en 2012.

Interrogé sur sa propre sortie, en mars 2019, lorsqu'il avait ironisé sur les annonces "entre deux verres" de son ex-allié, en allusion à une soirée en boîte bien arrosée de celui-ci révélée par la presse people quelques jours plus tôt, M. Faure a contesté tout parallélisme.

"C'est pas moi qui ait révélé quoi que ce soit de sa vie privée, c'est simplement que c'était sur la place publique et donc je l'ai commenté", s'est-il défendu.

"Quand on est ministre de l'Intérieur, on ne peut pas, dans une démocratie, s'en prendre un dirigeant de l'opposition et cherché à l'intimider par des insinuations sur sa vie privée", s'est encore indigné Olivier Faure.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.