Accéder au contenu principal

Algérie : retour en images sur le Hirak, un an après la première marche contre le pouvoir

L'Algérie est le théâtre depuis un an d'une contestation populaire sans précédent contre le pouvoir.
L'Algérie est le théâtre depuis un an d'une contestation populaire sans précédent contre le pouvoir. © Ryad Kramdi, AFP

Né en février après l'annonce de la candidature du président algérien Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, le Hirak n’a cessé de prendre de l’ampleur malgré le renoncement du chef de l’État, début avril. Depuis, il réclame en vain une véritable rupture avec le "système" politique en place depuis l'indépendance en 1962.

Publicité

Le 10 février 2019, le président Abdelaziz Bouteflika, âgé de 82 ans, annonce son intention de briguer un 5e mandat à la tête de l'Algérie, lors de la présidentielle programmé le 18 avril 2019.

Des manifestants décrochent un portrait géant du président Abdelaziz Bouteflika, lors d'une manifestation contre sa candidature pour un cinquième mandat, le 22 février 2019 à Alger.
Des manifestants décrochent un portrait géant du président Abdelaziz Bouteflika, lors d'une manifestation contre sa candidature pour un cinquième mandat, le 22 février 2019 à Alger. © Ryad Kramdi, AFP

Quelques jours plus tard, le 16 février, un rassemblement pacifique et spontané réunissant des milliers de manifestants à Kherrata, à 300 km à l'est d'Alger, proteste contre l'éventualité d'un 5e mandat du président, au pouvoir depuis deux décennies et très affaibli depuis un AVC en 2013. Le 22 février, plusieurs dizaines de milliers de personnes manifestent dans les grandes villes algériennes et à Alger pour forcer Abdelaziz Bouteflika à renoncer à se présenter à la présidentielle. C'est le début du Hirak ("mouvement" en arabe).

Un manifestant algérien photographié lors du 36e vendredi de manifestations anti-pouvoir à Alger, le 25 octobre 2019.
Un manifestant algérien photographié lors du 36e vendredi de manifestations anti-pouvoir à Alger, le 25 octobre 2019. © Ryad Kramdi, AFP

Depuis, tous les vendredis, ainsi que les mardis pour les étudiants, les Algériens manifestent pacifiquement contre le pouvoir pour réclamer une véritable rupture totale avec le "système" politique en place depuis l'indépendance en 1962.

Des manifestants rassemblés devant le siège du gouvernorat de la province d'Oran, le 9 avril 2019.
Des manifestants rassemblés devant le siège du gouvernorat de la province d'Oran, le 9 avril 2019. © AFP

Malgré d'importants dispositifs sécuritaires, le Hirak s'est amplifié et a gagné toute l'Algérie, comme ici à Oran. Les Algériens s'organisent via les réseaux sociaux et se réapproprient les rues du pays. Percutants, humoristiques, parfois même grinçants, les slogans brandis lors des manifestations contre le pouvoir rivalisent d'inventivité et suscitent l'admiration à l'étranger.

Capture d'écran tirée d'une séquence diffusée par la chaîne de télévision "Canal Algérie", le 11 mars 2019, montrant le président algérien Abdelaziz Bouteflika rencontrant le chef de l'armée algérienne, Ahmed Gaïd Salah, dans la capitale Alger.
Capture d'écran tirée d'une séquence diffusée par la chaîne de télévision "Canal Algérie", le 11 mars 2019, montrant le président algérien Abdelaziz Bouteflika rencontrant le chef de l'armée algérienne, Ahmed Gaïd Salah, dans la capitale Alger. © Canal Algérie, AFP

Sous pression, le pouvoir tergiverse. Dans un message à la nation, le président algérien Abdelaziz Bouteflika annonce dans un premier temps, le 11 mars, sa décision de ne pas briguer un 5e mandat. Puis, progressivement lâché par l’armée, celui que l’on pensait indéboulonnable cède et démissionne le 2 avril, tandis que le président du Conseil de la Nation (Chambre haute), Abdelkader Bensalah, est nommé le 9 avril président par intérim.

Des étudiants algériens participent à une manifestation le 16 avril 2019, devant la Grande poste d'Alger.
Des étudiants algériens participent à une manifestation le 16 avril 2019, devant la Grande poste d'Alger. © AFP

Malgré la démission d'Abdelaziz Bouteflika, les manifestants restent mobilisés estimant qu'il ne s'agit que d'une "demi-victoire". Afin d'empêcher les anciens fidèles du président déchu de gérer la transition, le Hirak exige la mise sur pied d'institutions de transition, et refuse que le "système" organise la présidentielle, les précédents scrutins ayant été marqués selon les manifestants par des fraudes électorales. Ces derniers réclament par conséquent le report de la présidentielle alors programmée le 4 juillet. Début juin, le Conseil constitutionnel invalide les dossiers des deux seuls candidats et annule de facto le scrutin. Une nouvelle date est fixée au 12 décembre.

Un manifestant présente une affiche "recherché", montrant Saïd Bouteflika, le frère du président déchu, lors d'une manifestation anti-pouvoir à Alger, le 19 avril 2019.
Un manifestant présente une affiche "recherché", montrant Saïd Bouteflika, le frère du président déchu, lors d'une manifestation anti-pouvoir à Alger, le 19 avril 2019. © AFP

Le 25 septembre, un tribunal militaire condamne Saïd Bouteflika, le très influent frère et conseiller du président déchu, et deux anciens chefs du renseignement à 15 ans de prison pour "atteinte à l'autorité de l'armée" et "complot contre l'autorité de l'État". Leurs peines ont été confirmées en appel le 10 février 2020. Deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, jugés pour corruption, écopent en décembre respectivement de 15 et 12 ans de prison. D'autres ex-hauts dirigeants politiques et grands patrons proches d'Abdelaziz Bouteflika sont également condamnés.

Une manifestante brandit une pancarte réclamant la libération des "détenus d'opinion", lors d'une manifestation dans la capitale Alger, le 12 juillet 2019.
Une manifestante brandit une pancarte réclamant la libération des "détenus d'opinion", lors d'une manifestation dans la capitale Alger, le 12 juillet 2019. © AFP

Estimant que les "revendications fondamentales" du mouvement ont été "entièrement" satisfaites avec le départ d'Abdelaziz Boutaflika, le pouvoir algérien lance une vague d'arrestations contre des manifestants et des personnalités algériennes. Parmi eux, Lakhdar Bouregaa, un vétéran respecté de la Guerre d'indépendance, âgé de 86 ans. Il ne sera libéré qu'après 6 mois de détention provisoire, le 2 janvier 2020. Plus de 200 opposants au total ont été remis en liberté, la plupart depuis le début de l'année, selon le Comité national de libération des détenus (CNLD). Mais ce dernier a recensé, début février, "142 manifestants en détention provisoire et 1 300 autres qui font l'objet de poursuites judiciaires pour des faits liés à la campagne du scrutin présidentiel".

Des manifestants algériens défilent le 10 décembre 2019 à Alger, contre l'élection présidentielle du 12 décembre.
Des manifestants algériens défilent le 10 décembre 2019 à Alger, contre l'élection présidentielle du 12 décembre. © Ryad Kramdi, AFP

Après pratiquement dix mois d'une contestation populaire massive et inédite, les Algériens sont appelés aux urnes, le 12 décembre, afin d'élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika, dans une présidentielle imposée par l'armée et perçue comme une manœuvre de survie du régime. Le 6 décembre, la dernière manifestation hebdomadaire avant l'élection, a rassemblé une foule monstre, montrant l'étendue du rejet. Pour le Hirak, les cinq candidats retenus par la commission électorale sont tous issus du "système Bouteflika".

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune photographié lors de la cérémonie d'investiture présidentielle, le 19 décembre dernier.
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune photographié lors de la cérémonie d'investiture présidentielle, le 19 décembre dernier. © Ryad Kramdi, AFP

Le 13 décembre, Abdelmadjid Tebboune, ancien Premier ministre et fidèle d'Abdelaziz Bouteflika, remporte la présidentielle boycottée par l'opposition et marquée par une abstention record (plus de 60 %). Lors de sa prestation de serment, il s'engage à entamer rapidement des consultations pour rédiger une nouvelle Constitution, à lutter contre la corruption et à diversifier l'économie.

Le chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah assiste à la cérémonie d'investiture du président Abdelmadjid Tebboune, le 19 décembre à Alger.
Le chef d'état-major de l'armée algérienne, le général Ahmed Gaïd Salah assiste à la cérémonie d'investiture du président Abdelmadjid Tebboune, le 19 décembre à Alger. © Ramzi Boudina, Reuters

Le général Ahmed Gaïd Salah, devenu de facto l'homme fort de l'Algérie depuis la démission le 2 avril d'Abdelaziz  Bouteflika, décède le 23 décembre, quelques jours après l'entrée en fonction du nouveau président Abdelmadjid Tebboune, réputé comme un de ses proches. Selon les observateurs, sa disparition ne va pas nécessairement affecter la place centrale qu'occupe l'armée dans le système politique algérien, et qui est contestée par la rue.

Des manifestantes participent à une marche anti-pouvoir, le 15 octobre à Alger.
Des manifestantes participent à une marche anti-pouvoir, le 15 octobre à Alger. © AFP

Une forte mobilisatoin est attendue lors du premier anniversaire du Hirak, qui, sans structure formelle, s'interroge sur la marche à suivre à l'orée de sa 2e année. Notamment sur la pertinence et les modalités d'éventuelles discussions avec le pouvoir, mais aussi sur la forme que doit prendre à l'avenir la contestation.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.