Accéder au contenu principal

Épidémie de Covid-19 : premières villes mises en quarantaine en Italie

Une femme quitte l'hôpital de Codogno, en Italie, le 22 février 2020.
Une femme quitte l'hôpital de Codogno, en Italie, le 22 février 2020. © Flavio Lo Scalzo

Face au développement du virus SARS-CoV-2 sur son territoire, l'Italie a interdit l'entrée et la sortie de 11 villes particulièrement touchées. Le foyer se trouve à Codogno, près de Milan. L'épidémie de Covid-19 est par ailleurs toujours en progression en Corée du Sud. L'OMS s'inquiète de cette expansion hors de Chine.

Publicité

L'Italie est le premier pays d'Europe à instaurer des mises en quarantaine de villes en isolant 11 communes pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Dans le nord de l'Italie, environ 52 000 personnes se réveillent, dimanche 23 février, dans des zones où "ni l'entrée ni la sortie ne sera autorisée sauf dérogation particulière", comme l'a annoncé quelques heures plus tôt le Premier ministre italien, Giuseppe Conte.

Fermeture des entreprises et des établissements scolaires et universitaires, annulation d'évènements culturels et sportif, report de trois matches de foot initialement prévus dimanche (Inter-Sampdoria, Atalanta-Sassuolo et Hellas Vérone-Cagliari) : le gouvernement tente de mettre sous cloche une partie de la Lombardie et la Vénétie et de freiner l'épidémie comme la peur. Le foyer se trouve à Codogno, près de Milan.

Giuseppe Conte a prévenu qu'il pourrait éventuellement recourir à l'armée pour surveiller les points de contrôle. Le décret-loi pris samedi prévoit des sanctions pouvant aller jusqu'à trois mois de réclusion pour les contrevenants.

En Italie, pays européen le plus touché, il y a un total de 79 malades à ce jour, parmi lesquels trois cas de contaminations connus depuis des semaines, contractées hors d'Italie. Deux septuagénaires ont succombé à la maladie ces derniers jours.

FR NW GRAB NATALIA CORONAVIRUS Q1 10H

La France se prépare

La France aussi se prépare à une possible "épidémie" de Covid-19, selon le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, qui se dit "attentif à la situation en Italie". Dans un entretien au journal Le Parisien, il estime "très probable" la possibilité de nouveaux cas en France. 

En Corée du Sud, deux nouveaux décès liés à l'épidémie ont été répertoriés, ce qui porte à quatre le nombre de morts, a annoncé dimanche matin le Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies (KCDC). Il y a 123 nouveaux malades, pour un total de 556. L'épidémie est entrée dans une "phase grave et le gouvernement fait tout pour prévenir la propagation", a déclaré le Premier ministre Chung Sye-kyun dans une allocution samedi soir.

En Chine, le bilan a atteint dimanche 2 442 morts après l'annonce de 97 décès supplémentaires, tous sauf un dans la province centrale du Hubei, berceau du nouveau coronavirus. La grande majorité des nouveaux décès ont été enregistrés à Wuhan, capitale du Hubei. La commission nationale (ministère) de la Santé a aussi fait état de 648 nouveaux cas confirmés de contamination dans tout le pays, ce qui porte à près de 77 000 le total des contaminations en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao).

L'expansion hors de Chine inquiète l'OMS

C'est l'expansion en dehors de la Chine qui avive les inquiétudes. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) redoute ainsi "le potentiel de dissémination du Covid-19 dans les pays dont les systèmes de santé sont plus précaires", a averti son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

C'est le cas de nombreux pays africains dont les infrastructures sanitaires et le personnel médical sont mal préparés pour affronter l'épidémie. Pour l'instant, sur le continent, seule l'Égypte a enregistré un cas confirmé de contamination.

>> À lire : Comment l’Afrique se prépare à faire face au coronavirus

Une étude publiée vendredi par le centre des maladies infectieuses de l'Imperial College de Londres "estime qu'environ les deux tiers des cas de Covid-19 sortis de Chine sont restés indétectés au niveau mondial, avec pour résultat potentiel des chaînes multiples non détectées de transmission humaine hors de Chine".

Et les précautions manquent parfois : le Japon a reconnu samedi que 23 passagers du Diamond Princess avaient pu quitter ce navire de croisière, mis en quarantaine à Yokohama, sans passer tous les contrôles médicaux requis.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.