Accéder au contenu principal

Six nations: la France seule en lice pour le Grand Chelem

Publicité

Londres (AFP)

En gagnant au pays de Galles son troisième match consécutif (27-23), la France est la seule équipe en course pour le Grand Chelem après trois journées dans le Tournoi des six nations alors que l'Irlande a perdu en Angleterre dimanche (24-12).

- La France la mieux placée -

Cette jeune équipe de France a vécu au pays de Galles un acte fondateur, et a désormais son destin en main (déplacement en Ecosse le 8 mars et réception de l'Irlande le 14 mars), elle qui n'a pas gagné le Tournoi depuis son Grand Chelem en 2010.

Revigorée par l'arrivée du sélectionneur Fabien Galthié, d'un nouveau staff et d'une génération talentueuse, elle a fait déjouer le pays de Galles tenant du titre.

Dans leur antre du Millennium, les Gallois présentaient pourtant l'équipe la plus expérimentée de l'histoire des Six nations, avec 859 sélections. Un record qui n'a pas effrayé les Français et leurs 234 sélections. À 24,9 ans (contre 28,5 ans) de moyenne d'âge dans le XV de départ, les Bleus prennent seuls la première place du classement (1er, 13 pts).

La France compte dans ses rangs le meilleur réalisateur du Tournoi avec Romain Ntamack (39 points), le meilleur marqueur d'essai avec son capitaine Charles Ollivon (3, à égalité avec le Gallois Josh Adams) et le meilleur plaqueur avec Bernard Le Roux (63 plaquages réussis).

- Le Poireau tourne au vinaigre -

Invaincu depuis trois ans à domicile dans le Tournoi, le XV du Poireau (4e, 6 pts) a perdu plus qu'un match samedi face aux Bleus. Tenants du titre, les Gallois ont dit au revoir aux Six nations pour cette année.

Après douze années flamboyantes sous les ordres de Warren Gatland, avec trois Grand Chelem (2008, 2012, 2019) et deux demi-finales de Coupe du monde, le nouveau sélectionneur Wayne Pivac commence mal son mandat: deux défaites contre l'Irlande et la France, pour une victoire contre l'Italie, dernière.

Comme un passage de témoin, les Gallois vont laisser leur 5e place mondiale lundi aux Français au classement publié par World Rugby.

- L'Angleterre se retrouve -

Et à la fin, c'est Farrell qui gagne. Dans le match entre Andy Farrell l'entraîneur de l'Irlande et son fils Owen, capitaine de l'Angleterre, c'est le second qui a pris l'ascendant. Logiquement.

A Twickenham, les vice-champions du monde ont enfin été à la hauteur de ce statut, glané au Japon à l'automne dernier. Mais ça n'a duré qu'une période, le temps de mener 17-0 contre une Irlande méconnaissable, avant de gérer cette avance.

Après la Coupe du monde, le retour en Europe a, pour le XV de la Rose, été un retour sur terre avec la défaite lors du Crunch au Stade de France (24-17) et la petite victoire en Écosse (13-6).

Mais ce succès dimanche permet à l'Angleterre (2e, 9 pts), de passer devant l'Irlande (3e, 9 pts) au classement et de pouvoir encore rêver de sacre, en cas de faux pas de la France.

- L'Ecosse envoie du bois en Italie -

La cuillère de bois devrait, une nouvelle fois, être italienne. Pour la cinquième fois d'affilée et pour sa vingt-et-unième participation au prestigieux Tournoi européen, l'Italie (6e, 0 pt) devrait sauf énorme surprise finir à la dernière place.

Samedi, la Squadra Azzura et son nouveau sélectionneur Franco Smith ont perdu leur troisième match d'affilée. Comme lors de l'ouverture du Tournoi au pays de Galles (42-0), ils n'ont pas ouvert leur compteur à Rome contre l'Ecosse (5e, 6 pts), perdant 17-0.

S'ils viennent à s'incliner en Irlande puis à Rome contre l'Angleterre, ils finiraient derniers sans victoire pour la quinzième fois.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.