Accéder au contenu principal

Des frappes israéliennes tuent deux militants du Jihad islamique en Syrie

Des frappes israéliennes dans le sud de la bande de Gaza, le 23 février 2020.
Des frappes israéliennes dans le sud de la bande de Gaza, le 23 février 2020. © Ibraheem Abu Mustafa, Reuters

Des raids aériens revendiqués par Israël ont tué deux combattants du groupe Jihad islamique en Syrie. Tsahal a affirmé, lundi, avoir répliqué à des tirs de roquette en provenance de Gaza. Après avoir lancé une nouvelle salve de roquettes, le Jihad islamique palestinien a annoncé mettre fin à sa riposte militaire.

Publicité

Deux combattants du Jihad islamique ont été tués à Damas par un bombardement de l'aviation israélienne, a annoncé lundi 24 février l'organisation à Gaza.

Les frappes ont été revendiquées par l'État hébreu. "En représailles (à des tirs de roquettes), des avions de combat de l'armée israélienne ont bombardé des cibles du Jihad Islamique au sud de Damas", a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué après minuit.

"L'aviation militaire israélienne (...) a visé les environs de Damas avec plusieurs salves de missiles", a indiqué une source militaire syrienne citée par l'agence de presse syrienne Sana. La "majorité" des missiles israéliens ont été "détruits avant d'atteindre leurs cibles" tandis que d'autres ont été déviés de leur trajectoire, selon cette source.

Après ces frappes, le Jihad islamique a lancé une nouvelle salve de roquettes, lundi, dans le sud d'Israël où des écoles, des commerces et des routes sont fermés de manière préventive.

"Six projectiles ont été tirés de Gaza vers le territoire israélien. Cinq d'entre eux ont été interceptés par le bouclier antimissiles Dôme de Fer", a indiqué l'armée aux médias, alors que le Jihad islamique a simultanément revendiqué des tirs de roquettes.

En fin de journée, le Jihad islamique palestinien a finalement prévenu qu’il mettait fin à sa "riposte militaire" à Israël. "Les Brigades Al-Qods annoncent qu'elles ont mis fin à leur réponse militaire aux assassinats commis à Khan Younès (Gaza) et à Damas (Syrie)", a déclaré dans un communiqué la branche militaire du Jihad islamique.

Des raids à Gaza aussi

Les forces israéliennes avaient bombardé dans la nuit des positions du Jihad islamique dans la bande de Gaza au terme d'une journée tendue dans cette enclave paupérisée où vivent deux millions de Palestiniens sous blocus israélien. Ces bombardements ont fait quelques blessés, selon des responsables à Gaza.

L'armée israélienne avait ouvert le feu dimanche matin sur "deux terroristes" qui "tentaient de placer un engin explosif à proximité" de la barrière séparant Israël de Gaza, mince bande de terre contrôlée par les islamistes du Hamas qui ont livré trois guerres à Israël depuis 2008.

Le Hamas bénéficie depuis près d'un an d'un accord de trêve avec l'État hébreu contrairement au Jihad Islamique, considéré comme le deuxième plus important groupe islamiste armé de Gaza.

Bulldozer

Dans la foulée de ces heurts à la frontière, "un bulldozer de l'armée a récupéré le corps de l'un des assaillants", tué par les forces israéliennes a précisé à l'AFP une porte-parole de l'armée.

Selon un journaliste de l'AFP sur place, des Palestiniens se sont approchés pour tenter de récupérer la dépouille de l'homme que le Jihad Islamique a présenté comme l'un de ses combattants, avant qu'un bulldozer israélien ne ramasse le corps inerte et retourne en direction de la barrière frontalière. Israël garde les corps de Palestiniens pour s'en servir comme monnaie d'échange avec le Hamas, qui détient aussi des dépouilles d'Israéliens.

Appelant à venger l'un de ses "martyrs", le Jihad Islamique a lancé plus d'une vingtaine de roquettes vers Israël, dont certaines ont été interceptées par le bouclier antimissile israélien Dôme de Fer selon les autorités locales qui ont annoncé la fermeture, lundi, des écoles dans des villes jouxtant la bande de Gaza. Selon l'armée israélienne, ces tirs n'ont fait aucun blessé en Israël.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.