Accéder au contenu principal

Hervé Bourges, grand ami de l'Algérie et fervent défenseur de la francophonie, est décédé

Hervé Bourges, grande figure de l'audiovisuel français et fervent défenseur de la francophonie, est décédé dimanche à l'âge de 86 ans.
Hervé Bourges, grande figure de l'audiovisuel français et fervent défenseur de la francophonie, est décédé dimanche à l'âge de 86 ans. © Joël Saget, AFP

Hervé Bourges est décédé dimanche à l'âge de 86 ans dans un hôpital parisien. Au-delà de son rôle de premier plan dans les médias, le journaliste fut aussi un amoureux de l'Afrique, un militant anticolonialiste du temps de la guerre d'Algérie et un fervent défenseur de la francophonie.

Publicité

C'était un personnage inclassable tant il a baroudé entre les médias, la politique et la diplomatie. Hervé Bourges est décédé dans un hôpital parisien dimanche 23 février à l'âge de 86 ans, entouré de ses proches, a indiqué l'AFP.

Journaliste, patron successif des chaînes de télévision TF1, France 2 et France 3, mais aussi de radio (RFI), Hervé Bourges avait été à la tête du CSA de 1995 à 2001. Outre ses rôles éminents dans les médias, Hervé Bourges fut aussi un militant anticolonialiste du temps de la guerre d'Algérie, un amoureux de l'Afrique et un fervent défenseur de la francophonie.

"Nous qui l'admirions, avons fait appel à lui, pu maintes fois compter sur son inestimable concours, ses avis sur les médias ou sur l'État de droit, sommes profondément peinés", a réagi notamment sur Twitter Michaëlle Jean, qui a notamment été envoyée spéciale de l'Unesco pour Haïti (2010-2014) et secrétaire générale de la Francophonie (2014-2018).

De son côté, l'ancien patron de Radio France et de l'Institut national de l'audiovisuel Mathieu Gallet a rendu hommage sur Twitter à l'homme "exigeant et juste". "Hervé Bourges, c'était l'Algérie, c'était l'Afrique, c'était la francophonie, c'était le journalisme, c'était l'audiovisuel public, c'était tout l'audiovisuel. C'était une conscience. J'aimais son regard sur le monde et sur les hommes", a-t-il ajouté.

Né le 2 mai 1933 à Rennes, il sort diplômé de l'École supérieure de journalisme de Lille (ESJ) en 1955 et commence sa carrière au journal Témoignage Chrétien, qui milite contre la guerre d'Algérie. Deux ans plus tard, il est appelé sous les drapeaux pour son service militaire en Algérie, où on lui confie l'organisation du théâtre aux armées.

À son retour en France en 1960, il entre au cabinet d'Edmond Michelet, garde des Sceaux du général de Gaulle et, à ce titre, rend régulièrement visite aux chefs du Front de libération nationale (FLN) algérien emprisonnés au château de Turquant, parmi lesquels Ahmed Ben Bella. Lorsque celui-ci, après l'indépendance, devient en 1963 le premier président de l'Algérie, il demande à Hervé Bourges de devenir son conseiller.

"Donner une image à la France qui soit convenable"

Après sa chute, en 1965, Hervé Bourges choisit de rester en Algérie comme conseiller du ministre de l'Information, Bachir Boumaza. Un temps arrêté et même emprisonné dans les geôles algériennes, il ne devra sa libération qu'à l'intervention conjuguée du cardinal Duval à Alger et, à Paris, du jeune Jacques Chirac, alors conseiller du Premier ministre Georges Pompidou.

Accusé tour à tour de traîtrise par les nostalgiques de l'Algérie française ou, au contraire, d'être une barbouze infiltrée par les Français, Hervé Bourges répondra bien plus tard : "Je n'étais ni l'un ni l'autre. J'étais simplement quelqu'un qui essayait de rendre service à l'Algérie et de donner une image de la France qui soit convenable".

Après son départ mouvementé d'Algérie, il rebondit en créant l'École de journalisme de Yaoundé, au Cameroun.

En 1976, il devient directeur puis président de l'ESJ Lille et prend successivement la direction de trois grands médias français : RFI (Radio France Internationale), TF1 (jusqu'à sa privatisation en avril 1987) puis Antenne 2 et FR3 jusqu'en septembre 1992 où les deux chaînes publiques deviennent le groupe France Télévisions. Il ne se présentera pas à sa propre succession, faute d'un appui de la nouvelle majorité de droite en 1993.

Ambassadeur de la Francophonie

Après deux années passées comme ambassadeur de France auprès de l'Unesco, il est désigné en janvier 1995 président du Conseil supérieur de l'audiovisuel par le président François Mitterrand.

Hervé Bourges, certes marqué "à gauche", entretient cependant d'excellentes relations "à droite", notamment avec Édouard Balladur qui lui propose un poste d'ambassadeur à Dakar ou Jacques Chirac qui veut faire de lui son ministre de la Coopération.

Il décline et s'occupe de la francophonie : il devient président de l'Union internationale de la presse francophone en 2001.

Ce fin observateur du monde politico-médiatique est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés au tiers-monde ("Les 50 Afriques", en collaboration avec le journaliste Claude Wauthier, 1979) ou à son expérience audiovisuelle ("Une chaîne sur les bras" 1987, "La Télévision du public" 1993).

D'ouvrages autobiographiques également : "De mémoire d'éléphant" sur l'Algérie et, en 2016, "J'ai trop peu de temps à vivre pour perdre de peu ; Abécédaire intime". Il avait signé en 2012 un dernier documentaire "l'Algérie à l'épreuve du pouvoir", avec le réalisateur Jérôme Sesquin.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.