Accéder au contenu principal

Coronavirus : l'épidémie ralentit en Chine mais continue de se propager dans le monde

Mesures préventives de désinfection contre le coronavirus Covid-19 à l'Assemblée nationale de Séoul, en Corée du Sud, le 25 février 2020.
Mesures préventives de désinfection contre le coronavirus Covid-19 à l'Assemblée nationale de Séoul, en Corée du Sud, le 25 février 2020. © AFP

L'épidémie de coronavirus continue de se répandre depuis son apparition en Chine. Le nombre de contaminations dépasse les 80 000 personnes dans le monde avec une progression en Corée du Sud, au Japon et en Iran.

Publicité

Les autorités à Pékin ont fait état mardi 25 février d'une hausse des nouveaux cas de contamination de coronavirus dans la province de Hubei, berceau de l'épidémie, mais d'un nouveau déclin du nombre de cas dans le reste de la Chine continentale.

Cet apparent ralentissement de l'épidémie hors de la province de Hubei intervient alors que l'inquiétude grandit en Corée du Sud, où plusieurs centaines de cas ont été recensés, et en Italie, où le bilan s'est alourdi lundi à sept décès.

Les États-Unis et la Corée du Sud envisagent de revoir l'ampleur de leurs exercices militaires conjoints dans la péninsule coréenne à cause de l'épidémie, ont annoncé lundi les armées américaine et sud-coréenne, alors que 13 soldats sud-coréens ont été diagnostiqués porteurs du virus.

La Maison Blanche a fait savoir que l'administration Trump a transmis au Congrès une demande budgétaire de 2,5 milliards de dollars pour lutter contre le coronavirus, précisant que plus d'un milliard serait destiné à la mise au point d'un vaccin.

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé aux ressortissants américains d'éviter tout voyage non-essentiel en Corée du Sud, devenue le plus important foyer de contamination hors de Chine continentale.

De nombreux pays à travers le monde intensifient leurs efforts pour empêcher une pandémie de ce virus ressemblant à la grippe, apparu en décembre dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine.

L'épidémie de coronavirus, continue de se répandre

Près de 900 personnes contaminées en Corée du Sud

Soixante nouveaux cas de contamination ont été recensés en Corée du Sud, ce qui porte à 893 le nombre de personnes infectées par le coronavirus dans le pays, ont dit mardi les autorités sanitaires locales. Un neuvième décès a été signalé.

Parmi les cas supplémentaires, 16 ont été répertoriés à Daegu, ville du sud du pays où se trouve une église au centre de l'épidémie, et 33 ont été répertoriés dans la province voisine de Gyeongsang du Nord, a précisé le Centre de contrôle et de prévention des maladies (KCDC).

Au Japon, le ministre de la Santé, répondant à une question lors d'un point de presse, a déclaré qu'il était trop tôt pour évoquer l'hypothèse d'une annulation des Jeux olympiques qui doivent débuter à Tokyo le 24 juillet prochain.

Quelque 850 cas de contamination ont été recensés au Japon, pour la plupart à bord du navire de croisière Diamond Princess, placé en quarantaine dans le port de Yokohama.

Un quatrième passager du navire, qui transportait initialement quelque 3 700 passagers et membres d'équipage, est décédé après avoir contracté le coronavirus, a rapporté mardi la télévision publique japonaise NHK.

Le Koweït, Bahreïn et Oman ont enregistré lundi leurs premiers cas d'infection, qui concernent tous des personnes étant arrivées d'Iran.

Il est prématuré de parler de pandémie, a déclaré lundi le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), soulignant que l'épidémie n'était pas hors de contrôle dans le monde et ne provoquait pas de décès à grande échelle. "Utiliser le terme de pandémie ne correspond pas aux faits", a dit Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une conférence de presse à Genève.

Le vice-ministre iranien de la Santé infecté

Trois nouveaux décès dus à l'épidémie de pneumonie virale ont été annoncés mardi en Iran, portant le bilan de la maladie sur le sol iranien à 15 morts, le plus important pour un pays hors Chine, a indiqué l'agence officielle Irna.

Mardi, un responsable du ministère de la Santé iranien a également annoncé que son vice-ministre a été infecté par le nouveau coronavirus. "Le test sur M. Harirchi, vice-ministre de la Santé qui était sur les lignes de front face au coronavirus, s'est révélé positif", a annoncé sur Twitter Alireza Vahabzadeh, conseiller média du ministre de la Santé. Au cours d'une conférence lundi avec le porte-parole du gouvernement Ali Rabii, Iraj Harirchi a toussé plusieurs fois et paraissait transpirer.

Depuis l'annonce le 19 février de ses deux premiers décès dus à la maladie, à Qom (centre), ville sainte chiite qui attire pèlerins et théologiens du monde entier, l'Iran est au premier rang des pays touchés par le Covid-19 en dehors de Chine.

Deux des personnes dont le décès a été annoncé mardi étaient des femmes âgées de la province centrale de Markazi et la troisième était un malade dans la province d'Alborz dans le nord du pays, a précisé Irna. L'Iran a jusqu'ici confirmé 61 cas d'infection au nouveau coronavirus à travers le pays.

FR NW PKG IRAN CORONAVIRUS 9H

L'Italie suscite l'inquiètude

Deux nouvelles régions italiennes, la Toscane et la Sicile, ont recensé des cas de contamination au nouveau coronavirus, a annoncé mardi la Protection civile, en faisant état d'un nouveau bilan total de 283 cas dans le pays.

Deux régions jusqu'ici épargnées ont enregistré trois cas : la Toscane (centre de l'Italie), avec deux cas à Florence et Pistoia, et la Sicile (sud), où une touriste originaire de Bergame (Lombardie, nord-ouest) qui se trouvait dans un hôtel à Palerme a été hospitalisée. Quant au cas en Sicile, il s'agit du premier dans le sud du pays. 

Pour harmoniser une réponse européenne, les ministres de la Santé de la France, la Suisse, l'Autriche, la Slovénie, la Croatie, frontaliers de l'Italie, ainsi que l'Allemagne et l'Union européenne se réunissent aujourd'hui à Rome. Une équipe de l'OMS (Organisation mondiale de la Santé) est également arrivée sur place.

En France, aucune personne n'est actuellement atteinte du virus, a déclaré lundi le ministre de la Santé, alors que la propagation en Italie de la pneumonie virale a ravivé l'inquiétude dans l'Hexagone.

"Il n'y a aucune circulation du virus sur le territoire national", a dit Olivier Véran, ajoutant que la dernière personne infectée par le Covid-19 qui était encore hospitalisée à Lyon était désormais guérie. "Il n'y a plus aucun malade hospitalisé en France", a souligné le ministre.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.