Accéder au contenu principal

Israël et les Palestiniens saluent la diplomatie d'Hosni Moubarak au Moyen-Orient

Le président égyptien Hosni Moubarak en compagnie du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, en 2010 à Washington.
Le président égyptien Hosni Moubarak en compagnie du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, en 2010 à Washington. © Astrid Riecken, AFP

À l'annonce du décès de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak, Benjamin Netanyahu et Mahmoud Abbas ont été les premiers à réagir. Ils ont salué un leader engagé en faveur de la "paix" avec Israël et de la "liberté" des Palestiniens.

Publicité

Les premières réactions à la mort de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak sont venues des pays limitrophes.

Selon le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, il était un leader œuvrant à la "paix" et à la "sécurité".
"Au nom des citoyens d'Israël et au nom du gouvernement israélien, je voudrais exprimer mon profond regret pour la disparition du président Hosni Moubarak. Le président Moubarak, mon ami personnel, était un leader qui a conduit son peuple à la paix et à la sécurité, à la paix avec Israël", a ainsi déclaré mardi 25 février le chef du gouvernement israélien.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, 84 ans, a aussi rendu hommage à Hosni Moubarak dont il a appris le décès "avec grande tristesse". Il "a rendu hommage à l'engagement de l'ex-président en faveur de la cause palestinienne et du peuple palestinien afin qu'il concrétise ses droits à la liberté et l'indépendance", selon un communiqué diffusé par son bureau.

Des funérailes militaires

Hosni Moubarak, mort mardi à l'âge de 91 ans, avait succédé en 1981 au président Anouar al-Sadate, qui a fait de l'Égypte le premier pays arabe à signer un traité de paix avec Israël, avant la Jordanie qui l'a fait en 1994. Jusqu'à sa chute en 2011, il avait maintenu tout au long de son règne cet accord de paix avec l'État hébreu et entretenu des relations avec nombre de leaders israéliens.

Parmi les premières réactions à sa disparition, la présidence actuelle égyptienne a aussi publié un communiqué présentant ses condoléances à la famille de l'ancien autocrate, présenté comme l'un des "héros de la guerre d'octobre 1973 (NDLR: contre Israël)", durant laquelle il avait dirigé l'armée de l'air.

La présidence égyptienne a également annoncé trois jours de deuil national à compter de mercredi. Selon les médias égyptiens, des funérailles militaires en son honneur seront organisées ce même-jour.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.