Accéder au contenu principal

C1 Concacaf: Montréal et Henry, un quart à prendre pour bien débuter

Publicité

Los Angeles (AFP)

Thierry Henry est proche de réussir ses débuts: après un nul (2-2) encourageant à l'aller, l'Impact Montréal et son nouvel entraîneur français doivent finir le travail mercredi (20h00 locales, 01h00 GMT jeudi) pour atteindre les quarts de la Ligue des champions de la Concacaf.

"Rien n'est joué, il ne faut pas s'enflammer. Saprissa est une très bonne équipe, comme on l'a vu en seconde période", a mis en garde Henry cette semaine face à la presse montréalaise.

Il y a une semaine, l'Impact a en effet compté deux buts d'avance après 22 minutes, inscrits par le Nigérian Orji Okwonkwo et le Hondurien Romell Quioto, sortis ensuite sur blessures et d'ailleurs incertains pour le match retour. Mais le club costaricien a réduit le score par Johan Venegas à la 80e minute, avant que Jonathan Martinez n'égalise à la 90e.

"Ça a été une grande première période de notre côté et une grande deuxième période de leur côté", a résumé à chaud Henry, reconnaissant une certaine "frustration". "Mais si on nous avait dit avant le match qu'on ferait 2-2, on aurait été heureux".

Préférant voir le verre à moitié plein, l'ancien attaquant vedette d'Arsenal s'est dit "plus que satisfait". "Il ne faut pas oublier qu'on sortait de présaison", a-t-il rappelé.

Ce premier match officiel a été d'autant plus encourageant pour l'Impact, jusqu'ici médiocre en préparation avec une victoire et quatre défaites, que son adversaire en est lui à mi-parcours dans son championnat.

- "Je ne peux qu'être fier" -

Dans son approche de ce premier rendez-vous, Thierry Henry avait opté pour un dispositif prudent à cinq défenseurs, tout en maintenant trois attaquants, Quioto, Okwonkwo et l'Espagnol Bojan, son ancien équipier sous le maillot de Barcelone, pour jouer les coups offensifs à fond. Une tactique presque gagnante.

Surtout, ce qui a plu au meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France, c'est l'état d'esprit de ses joueurs, avec lesquels il s'est employé dès son premier jour en poste à nouer une communication constante.

"Quand je vois mon équipe se battre jusqu'à la fin, je ne peux qu'être fier", a souligné Henry, heureux d'entamer sa deuxième expérience d'entraîneur, après son échec à Monaco où il n'est resté que trois mois en poste.

La "fin", ce sera vraiment dans 90 minutes voire plus et à ce titre, l'abnégation devra être la même pour valider le ticket vers les quarts, aux dépens du Deportivo Saprissa qui a aussi montré des vertus mentales pour arracher le nul et donc préserver ses chances.

Face au triple vainqueur de cette C1 (1993, 1995, 2005), un nul 0-0 ou 1-1 suffira à Montréal pour poursuivre sa route et, qui sait, se prendre à rêver d'une finale que l'Impact a atteinte en 2015, battu par le Club América.

De quoi lancer idéalement la nouvelle aventure canadienne de Thierry Henry, qui plus est à trois jours d'entamer la nouvelle saison en MLS (Championnat nord-américain) contre New England.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.