Accéder au contenu principal

Macron à Naples pour un sommet franco-italien à l'ombre du coronavirus

Publicité

Paris (AFP)

Malgré la crise du coronavirus, Emmanuel Macron est attendu jeudi à Naples pour un sommet franco-italien qui doit acter "la relance" des relations bilatérales, fortement secouées ces deux dernières années par l'arrivée d'un gouvernement populiste à Rome.

Prévu de longue date, ce sommet a été maintenu par les autorités italiennes bien que la péninsule soit le pays européen le plus touché par l'épidémie de pneumonie virale, avec 12 décès et 400 cas recensés, selon le dernier bilan des autorités.

"Il est important d'être présent" aux côtés des Italiens "dans ce contexte difficile", souligne l'Elysée.

Emmanuel Macron sera accompagné par onze ministres pour ce 35e sommet franco-italien, qui se tiendra jeudi après-midi au Palais royal de Naples en présence du président du Conseil italien Giuseppe Conte et douze membres de son gouvernement.

Il s'agit pour Paris comme pour Rome de "relancer une relation bilatérale approfondie et de confiance", explique la présidence française.

Il y a un an, le climat était à l'orage entre les deux capitales, engagées dans une guerre des mots qui n'avait cessé d'enfler après la formation d'un gouvernement populiste conduit par le Mouvement 5 étoiles et la Ligue.

La crise avait culminé début 2019 quand le vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio, avait rencontré en France un meneur des "gilets jaunes". Peu avant, le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini avait appelé à la démission du président français.

Pour protester, Paris avait rappelé temporairement son ambassadeur en Italie, la plus grave crise diplomatique transalpine depuis 1945.

Les relations se sont progressivement normalisées depuis le départ, à l'été 2019, de la Ligue de Matteo Salvini et l'avènement d'un nouveau gouvernement Conte de coalition entre les 5 étoiles et le Parti démocrate, de centre-gauche.

- "Pas de stigmates" -

"Nous avons traversé une période de crise" mais elle n'a "pas laissé de stigmates" et "la coopération est aujourd'hui bonne", affirme-t-on à l'Elysée. En soulignant que Paris et Rome étaient désormais "alignés" sur de nombreux dossiers, notamment européens, dont celui des migrants, sur lequel s'étaient cristallisées les tensions.

Symbole de cette nouvelle entente, les deux capitales veulent relancer le Traité du Quirinal (nom du siège de la présidence italienne), annoncé en 2017 pour donner "un cadre plus stable et ambitieux" à la coopération franco-italienne, sur le modèle du traité franco-allemand.

Seront également évoqués les grands dossiers économiques bilatéraux: la coentreprise Naviris, créée par l'italien Fincantieri et le français Naval Group; la future alliance PSA-Fiat; la ligne ferroviaire Lyon-Turin, dont le chantier a débuté...

Les discussions porteront aussi sur la situation en Libye, un dossier où les divergences se sont apaisées, et au Sahel, la France espérant que l'Italie s'engage davantage dans la lutte contre les groupes jihadistes.

Avant la tenue du sommet, Emmanuel Macron fera une escapade culturelle dans le centre historique de Naples. "C'est une ville très particulière, qui m'est chère", avait-il déclaré dans un entretien accordé à la Rai Uno en mars 2019.

Après avoir visité la chapelle Sansevero, il se rendra avec le maire Luigi de Magistris au théâtre San Ferdinando, associé à la mémoire du dramaturge Eduardo de Filippo, auteur de la pièce "l'Art de la comédie".

Dans un entretien accordé à Elle en 2017, Brigitte Macron avait raconté que c'est "en travaillant" sur cette pièce que la relation amoureuse s'était nouée entre elle, alors professeur de théâtre à Amiens, et le lycéen qu'était Emmanuel Macron.

Le sommet se terminera par un dîner de gala offert par le président Sergio Mattarella, qui pourrait effectuer une visite d'Etat en France d'ici la fin de l'année.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.