Accéder au contenu principal

Cyclisme sur piste: les Français dans le dur aux Mondiaux de Berlin

Publicité

Berlin (AFP)

Les Français sont restés à distance des podiums, jeudi, lors de la deuxième journée des championnat du monde de cyclisme sur piste à Berlin.

Après la relative déception de la quatrième place en vitesse par équipes mercredi, le leader français de la vitesse Sébastien Vigier a remis le bleu de chauffe pour le keirin.

Mais tout comme Rayan Helal, il a échoué en demi-finale de cette épreuve inscrite au programme des jeux Olympiques de Tokyo (24 juillet/9 août).

Chez les dames, Mathilde Gros, médaillée de bronze en vitesse aux Mondiaux 2019, est restée au stade des 8es de finale.

Vigier, battu sur une erreur tactique, assure cependant que ses sensations sont bonnes et attend avec impatience le tournoi de vitesse individuelle samedi et dimanche. "Je me sens très bien, je me sens vraiment fort, sur les keirin que j'ai fait aujourd'hui j'étais vraiment très bien, c'est dommage que j'ai fait une petite erreur tactique, j'avais la forme pour jouer un podium je pense", a-t-il déclaré après la course.

Dans la deuxième demi-finale, Helal s'est fait piéger d'entrée et a terminé bon dernier.

"Comme on dit dans le jargon, j'avais une série de +bouchers+", a commenté le jeune Grenoblois (21 ans), "des gars qui prennent tous les risques, même si ça peut être très dangereux. J'étais derrière, pas dans une position idéale, j'ai subi toute la course et j'ai plus essayé d'éviter la chute qu'autre chose..."

Mais Helal veut aussi retenir le positif de sa participation aux Mondiaux: "C'est une super expérience, je suis vraiment content d'avoir pu faire cette épreuve, ça m'apprends pour la suite", a-t-il dit.

- L'exploit des Danois -

Pour Mathilde Gros, la seule représentante du sprint français chez les dames, l'épreuve a tourné court.

La Provençale, 20 ans, a pourtant battu son record personnel sur 200 mètres (10,533 secondes) qui lui a valu seulement la 9e place des qualifications et un tableau relevé.

Si elle a disposé en 16e de finale de la Colombienne Bayona Pineda, battue d'une roue, elle s'est inclinée au tour suivant contre la Néerlandaise Laurine van Riessen, également pour quelques centimètres (49/1000e de seconde).

Son principal objectif à Berlin reste cependant le keirin, dimanche, épreuve dont elle détient le titre européen depuis 2018

L'exploit du jour a été réussi par le Danemark, qui a pris la médaille d'or de la poursuite par équipes en pulvérisant de nouveau son record du monde, en 3 minutes 44,672 secondes, dans la finale contre la Nouvelle-Zélande.

Le quatuor Lasse Norman Hansen, Julius Johansen, Frederik Rodenberg Madsen et Rasmus Pedersen avait amélioré la meilleure marque mondiale deux fois déjà mercredi, et l'avait portée à 3 min 46,203 secondes.

La piste de Berlin, où d'autres records ont été battus, dont celui de la vitesse par équipes par les Néerlandais mercredi, se révèle particulièrement rapide, et les conditions de température et de pression sont idéales pour réaliser des temps exceptionnels.

Outre la poursuite par équipes masculine, trois autres titres ont été attribués jeudi: en keirin, l'or est finalement revenu au Néerlandais Harrie Lavreysen, déjà vainqueur la veille en vitesse par équipes.

Le Bélarus Yauheni Karaliok a remporté l'épreuve de scratch (15 km sur le modèle d'une course en ligne), non olympique, avant que chez les dames, les Etats-Unis, emmenées par Chloé Dygert, dominent la Grande-Bretagne dans la poursuite par équipes.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.