Accéder au contenu principal

Des incidents éclatent à Paris en marge d'un concert de la star congolaise Fally Ipupa

Les abords de la Gare de Lyon en feu, le 28 février 2020, à Paris.
Les abords de la Gare de Lyon en feu, le 28 février 2020, à Paris. AFP - JULIEN CLAUS

Des opposants au régime congolais ont mis le feu à des véhicules aux abords de la gare de Lyon, pour protester contre la tenue du concert à Paris de la star congolaise Fally Ipupa, accusé d'être un proche de l'ex-président Joseph Kabila et de son successeur Félix Tshisekedi.

Publicité

Son concert était annoncé sous haute tension : le retour de la star congolaise Fally Ipupa, vendredi 28 février, à Paris a suscité la colère des opposants de la diaspora, qui ont bravé l'interdiction de manifester et incendié des véhicules, provoquant l'évacuation partielle de la gare de Lyon.

Le chanteur de rumba congolaise, accusé d'être proche du pouvoir en place en République démocratique du Congo (RDC), ne s'était pas produit en France depuis des années, par peur de débordements. Dans une interview diffusée mercredi par France 24, il avait d'ailleurs tenu à rassurer ses fans en assurant que son concert à l'AccorHotels Arena se déroulerait dans le calme.

Cela n'a finalement pas été le cas et de multiples incidents ont éclaté en début de soirée aux abords de la gare de Lyon et du quartier de Bercy. Plusieurs scooters et poubelles ont été incendiés, dégageant d'épaisses volutes de fumée dans la zone. Envahie par les fumées, la partie souterraine de la gare a été évacuée par précaution a annoncé la SNCF, et le trafic des métros et RER a été perturbé.

Vers 18 h 30, les feux étaient maîtrisés par les pompiers et une trentaine de véhicules, surtout des deux-roues, entièrement carbonisés, a constaté une journaliste de l'AFP.

La préfecture de police avait placé le concert sous haute surveillance, en interdisant les multiples manifestations prévues par les opposants. Mais depuis plusieurs jours, la bataille d'opinions faisait rage sur Twitter autour de la venue du chanteur. 

Les premières interpellations de manifestants bravant l'interdiction ont débuté dès la mi-journée. À 21 h 00, 46 personnes avaient été arrêtées et au moins 54 autres verbalisées, selon la préfecture, qui a dénoncé le "comportement scandaleux" de certains manifestants qui ont entravé l'action des pompiers. Le "meneur des incendiaires" fait partie des personnes interpellées, a précisé une source policière.

"Ce concert est sponsorisé par Paul Kagame, le pire criminel de l'Afrique"

Avec 1,4 million d'abonnés sur Youtube, Fally Ipupa, 42 ans, est une superstar en RDC. Une partie de la diaspora l'accuse d'être proche de l'ex-président Joseph Kabila et de son successeur Félix Tshisekedi.

Le chanteur, qui compte des collaborations musicales avec l'américain R. Kelly et les artistes français Aya Nakamura et Booba, avait dû renoncer à son dernier concert prévu à l'Olympia en 2017, déjà à cause de débordements. Vers 20 h 30, les tensions persistaient autour de l'Arena, mais les fans ont pu rentré pour assister à ce concert qui affichait complet.

 

Fally Ipupa, en concert le 28 février à l'AccorHotels Arena de Paris
Fally Ipupa, en concert le 28 février à l'AccorHotels Arena de Paris © Pierre Rene-Worms

À l'extérieur, plusieurs opposants continuaient de les invectiver aux cris de "Rwandais, collabos !". Auprès de l'AFP, ils ont estimé que Fally Ipupa est un chanteur qui "soutient le Rwanda", un pays frontalier avec lequel la RDC entretient des relations compliquées depuis des années.

"Ce concert est sponsorisé par Paul Kagame (le président rwandais, ndlr), le pire criminel de l'Afrique. Un homme qui veut endormir son peuple avec la musique", a estimé Christian Sossey, artisan dans le bâtiment venu de Montpellier.

Les fans du chanteur, eux, étaient las. "On n'a pas besoin de la politique de là-bas ici. On est juste venus se défouler. Y en a marre de ces vandales", a soupiré Junior, billet en main et sur son 31 pour l'occasion.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.