Accéder au contenu principal

Clasico: "Une opportunité de changer les choses", insiste Zidane

Publicité

Madrid (AFP)

Le clasico sera "une opportunité de changer les choses" pour Zinédine Zidane et le Real Madrid, en difficultés après trois matches sans victoire, comme pour le FC Barcelone de Quique Setién, qui attend encore des progrès pour son premier clasico, dimanche à 21h00, pour la 26e journée de Liga.

. Le Real a plus à perdre que le Barça ?

Quique Setién (entraîneur du FC Barcelone) : "Le Real Madrid, que ce soit chez lui ou n'importe où, est toujours dangereux. C'est vrai que, aujourd'hui, les circonstances lui mettent un peu plus de pression, mais au coup d'envoi, tout est oublié. Une fois que le match commence, tout est entre les mains des joueurs. La tension vient de la situation, mais je crois que cela n'influence pas le match tant que ça."

Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid): "Tous les matches ont la même importance pour nous. Demain il y a trois points en jeu, comme toujours. C'est un match différent, mais c'est la même chose. Je ne suis pas inquiet. Nous avons la chance et l'opportunité de jouer ce genre de match, il faut en profiter. Et je le dis même avec tout ce qu'il se passe en ce moment. Ce match, je le vois comme une grande opportunité de changer les choses. Comme ça, et simplement comme ça. Parce que si je réfléchis au contexte, à ce qu'il va se passer si on perd etc, je ne suis pas dans mon rôle. Mon rôle, c'est d'amener tous mes joueurs vers la victoire".

. Messi, son 43e clasico

Setién : "On aimerait bien qu'il en joue 43 autres ! Je ne connais pas ses statistiques d'efficacité, mais ce qui est sûr c'est qu'il est terriblement important pour nous. J'espère que demain (dimanche), il en profitera pour faire un grand match et nous aider à l'emporter".

Zidane : "On sait l'importance de Messi pour son équipe. On sait l'équipe qu'ils peuvent être avec lui. Il est fondamental pour eux. Mais ils le sont tous, de toute façon, c'est une bonne équipe en général."

. Deux équipes blessées

Setién : Je ne me fie pas aux dynamiques. Lors de ce match, on oublie tout le passé et c'est le présent qui importe. Ce sont deux grandes équipes, deux équipes qui donneront le maximum indépendamment de la situation de chacun. Je m'attends à un match équilibré, avec des possibilités. Je suis très content de notre trajectoire, on s'améliore peu à peu. Je ne sais pas jusqu'à où pourrait aller mon niveau de satisfaction, il y aura toujours des choses à corriger... Je crois que je ne serais jamais pleinement satisfait. Moi, je ne me contente pas du résultat. Je sais que c'est important, mais je n'ai pas l'habitude de m'en tenir à la victoire. Une victoire nous offrirait un certain avantage (au classement), mais je ne sais pas s'il serait suffisant. Je pense que non."

Zidane : "(Cette mauvaise passe) C'est le football. Ca peut t'arriver. La seule chose qui compte, c'est ta réaction. Comment on va réagir pendant ce match ? C'est vrai que c'est un moment délicat. Cela fait trois matches qu'on ne gagne plus dans notre stade. Il faut que l'on garde un état d'esprit très positif pour sortir de là. Je comprends que nos supporters soient un peu peinés par ça, mais on a besoin d'eux, et on va tout donner. Il y a trois ou quatre matches que l'on n'a pas gagnés, mais il ne faut pas oublier tout ce qu'on a fait avant. Il faut se serrer les coudes, regarder droit devant. C'est ensemble que l'on va y arriver. On doit changer les choses, et on va les changer. Vous dites qu'on est deux équipes malades, mais on est les deux premiers. Ca veut dire quoi, que les autres équipes, c'est des désastres ? Non, il faut arrêter. Il y a des périodes, et là, c'est une période de moins bien, c'est tout".

. Zidane, menacé en cas de défaite ?

Zidane : "Je ne sais pas, il faut demander aux bonnes personnes. Mais je vais continuer à essayer de gagner des titres. Mais il ne faut pas oublier qu'à la fin, il n'y a jamais qu'une seule équipe qui gagne. Bien sûr qu'il y matière à critique dans mon travail, c'est ce que vous faites (les journalistes), et je le comprends. Le responsable, c'est moi. Ca arrive. Mais j'ai la force de continuer".

Propos recueillis en conférences de presse.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.