Accéder au contenu principal

Grande manifestation à Perpignan en soutien au dirigeant catalan Carles Puigdemont

Selon la préfecture du département des Pyrénées-Orientales, 100.000 personnes participaient à ce meeting à Perpignan, le 29 février 2020.
Selon la préfecture du département des Pyrénées-Orientales, 100.000 personnes participaient à ce meeting à Perpignan, le 29 février 2020. REUTERS - NACHO DOCE

Dans la ville de Perpignan, aux portes de l'Espagne, des dizaines de milliers d'indépendantistes se sont rassemblés pour manifester leur soutien au dirigean catalan Carles Puigdemont. Il s'était exilé en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice espagnole, après avoir convoqué un référendum sur l'indépendance en 2017.

Publicité

Ils étaient des dizaines de milliers à se rassembler samedi 29 février à Perpignan, dans le sud de la France. Ces indépendantistes catalans se sont réunis en soutien à l'ancien dirigeant catalan en exil Carles Puigdemont, qui a appelé la foule à se préparer à une "lutte définitive" pour l'indépendance.

Arrivés de la Catalogne voisine en voiture, en train ou dans des centaines de cars, ses partisans brandissaient des drapeaux indépendantistes ou des portraits du dirigeant catalan.

Selon la préfecture du département des Pyrénées-Orientales, 100.000 personnes participaient à ce meeting tandis que les organisateurs ont donné le chiffre de 150.000.

"Catalogne nord"

Destitué par le gouvernement espagnol après la tentative de sécession, Carles Puigdemont a fui en Belgique pour échapper aux poursuites de la justice espagnole qui a condamné en octobre à la prison pour sédition plusieurs anciens membres de son équipe gouvernementale.

C'est la première fois que l'ex-président régional, désormais protégé par son immunité d'eurodéputé, se rend ainsi à proximité immédiate de l'Espagne depuis son départ pour Bruxelles.

"Nous devons nous préparer pour la lutte finale, en dépassant les erreurs, les doutes et les faiblesses", a déclaré l'ancien président régional catalan sur l'esplanade du parc des expositions de Perpignan, ville que les séparatistes considèrent comme la capitale de la "Catalogne nord".

"Nous savons que nous ne nous arrêterons pas et ils ne nous arrêteront pas. Nous n'avons pas à attendre des jours meilleurs parce que c'est maintenant", a-t-il déclaré, sous les applaudissements de la foule.

Division du mouvement indépendantiste

Dans le contexte de la division du mouvement indépendantiste entre partisans de la confrontation avec Madrid, comme l'est Carles Puigdemont, et ceux du dialogue, l'ancien président régional a appelé à la "mobilisation permanente" contre "un régime (espagnol) monarchique qui est l'héritier direct du franquisme".

Les divergences entre le parti de Puigdemont (Ensemble pour la Catalogne) et son allié au gouvernement régional (Gauche Républicaine de Catalogne, ERC) ont amené son successeur à la tête de la Catalogne, Quim Torra, à annoncer fin janvier l'organisation prochaine d'élections régionales anticipées.

ERC est favorable à un dialogue avec le gouvernement espagnol de Pedro Sanchez, une condition que cette formation a posée à la reconduction au pouvoir du dirigeant socialiste en janvier.

Avec AFP et Reuters
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.