Accéder au contenu principal

Espagne: avec Real-Barça, l'aura de Zidane en jeu

Publicité

Madrid (AFP)

Zinédine Zidane, étoile menacée? Nimbé d'un statut d'intouchable au Real Madrid, l'entraîneur français joue une partie de sa saison et de son aura dimanche dans le clasico du Championnat d'Espagne contre Barcelone (21h00), quatre jours après une retentissante déroute européenne contre Manchester City (2-1).

Retomber sur terre après un premier mandat de haut vol, voilà ce que risque "Zizou" en cas de défaite contre le rival barcelonais dimanche lors de la 26e journée de Liga: le Barça (1er, 55 pts) peut prendre cinq longueurs d'avance en cas de succès sur le Real (2e, 53 pts).

Après avoir redressé la trajectoire du Real en début de saison, puis gagné la Supercoupe d'Espagne en Arabie saoudite en janvier, Zidane a vu le socle de sa statue commencer à se fissurer brusquement.

Déjà, le week-end dernier contre Levante (1-0), les Madrilènes ont vu s'achever leur belle série de 21 matches de championnat sans défaite entre octobre et février. Ils ont concédé là leur deuxième défaite de la saison en Liga, et ont perdu à la fois Eden Hazard (victime d'une rechute de sa fracture à la cheville droite) et leur première place du classement, cédée aux Barcelonais.

Ensuite, Zinédine Zidane, réputé invincible en Ligue des champions (il n'a jamais perdu une confrontation à élimination directe en C1, avec 12 qualifications en 12 tentatives), a perdu la bataille des tacticiens contre Manchester City, coaché par son double Pep Guardiola, venu s'imposer au stade Santiago-Bernabeu en huitième de finale aller de Ligue des champions.

- Zidane face à ses choix -

Bref, la semaine a ébranlé la "Maison blanche": "C'est compliqué de jouer bien et de perdre de cette manière, a regretté le technicien français mercredi en conférence de presse. Ca nous fait du mal, à tous. On a fait trois ou quatre très bons mois, avec de très bons résultats, mais maintenant c'est vrai que c'est compliqué pour nous. On fait de mauvais matches au niveau des résultats, mais pas au niveau du jeu".

La défaite contre Manchester City a placé Zidane face à ses choix. Alors que les paris de Guardiola se sont révélés payants sur le tard (titularisation du buteur Gabriel Jesus à la place de Sergio Agüero, et entrée en jeu à la 73e minute de Raheem Sterling, de retour de blessure, qui a ensuite provoqué le penalty de la victoire), ceux de Zidane ont posé question.

Pourquoi avoir laissé le milieu de terrain expérimenté Toni Kroos sur le banc ? Pourquoi se passer de Gareth Bale ?

Le pari Vinicius, jeune Brésilien (19 ans) titularisé sur l'aile gauche mercredi en l'absence de Hazard, a semblé un temps porter ses fruits, puisqu'il a été l'auteur de la passe décisive pour Isco sur le but madrilène (60e). Mais le jeune attaquant a été nerveux et maladroit face au but, à l'image de son gros raté à la 30e minute.

- "Une opportunité" pour redresser la barre -

Zidane l'invincible, auteur d'un triplé historique en C1 (2016, 2017, 2018), Zidane le "Roi" de la Ligue des champions, tel que l'a qualifié Pep Guardiola mardi en conférence de presse, est désormais dos au mur.

Dans cette dynamique, le clasico de dimanche risque de ternir la bonne étoile du Français en cas de défaite... ou bien de prouver, en cas de succès, que "Zizou" et le Real ne sont jamais aussi forts que quand ils sont en danger.

Le capitaine merengue Sergio Ramos a résumé la situation via un message posté sur Twitter jeudi matin : "Après une nuit très dure, je vois deux options: on peut penser à la déroute d'hier, ou travailler pour la victoire de demain. Moi, je choisis la deuxième. La tête et le cœur se tournent déjà vers le clasico".

"Nous avons perdu une opportunité ici, c'est tout. Dimanche, nous avons une autre opportunité de sortir de cette mauvaise passe. Ce sera un grand match", a confirmé "ZZ".

Avec un bilan équilibré de 3 victoires, 3 nuls et 3 défaites (dont un amical) lors de ses 9 clasicos disputés sur le banc merengue, Zidane a tout connu dans ces confrontations si indécises. Et il joue gros, très gros dimanche soir.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.