Accéder au contenu principal

L1: Bordeaux et Nice se neutralisent et n'avancent guère

Publicité

Bordeaux (AFP)

Bordeaux et Nice se sont neutralisés (1-1) samedi au Matmut Atlantique pour la 27e journée, lors d'un match équilibré, ponctué de quelques gestes de classe, mais qui n'aura satisfait aucun des deux clubs avides de basculer pour de bon dans la première moitié de la Ligue 1.

L'Europe s'éloigne peu à peu, et Girondins et Niçois n'avancent guère, ou si peu. L'OGCN de Patrick Vieira passe 8e, provisoirement devant Lyon avant le derby OL-ASSE, mais à 8 points désormais de la 4e place européenne, en attendant de recevoir Monaco.

Quant aux Girondins, qui n'ont plus gagné à domicile depuis cinq matches (6-0 face à Nîmes, le 3 décembre), ils restent, 12es à deux points derrière Nice, du mauvais côté d'une éventuelle cassure du classement. Et voyageront bientôt à Geoffroy-Guichard.

Dans la lignée d'une défaite encourageante au Parc des Princes (4-3) les Girondins ont pris le match par un bon bout agressif, pressant intensément et haut et gênant les relances des Niçois, quand leurs visiteurs ne rendaient pas d'eux-mêmes des ballons facilement.

Dès les premières minutes, le gardien Benitez a vu un centre de Sabaly filer devant son but (2), puis s'est montré vigilant sur un tir dévié de Hwang, encore une fois remuant et travailleur (15).

Les transitions girondines étaient clairement les plus rapides, et l'une d'elles a débloqué le faux rythme du match: sur un ballon perdu par Ounas près de la surface girondine, un raid de Basic a lancé De Préville pour un grand pont plein de sang-froid sur Benitez (1-0, 21e).

Malgré une nouvelle alerte sur un tir de Ruben Pardo, titularisé pour la première fois, Bordeaux a relâché un peu sa pression, et Nice est sorti enfin de sa torpeur. Le temps pour Claude-Maurice, d'un rush solitaire, de buter sur Costil (44), avant qu'Ounas, en son ancien jardin, ne trouve la transversale d'un tir enroulé au 18 mètres (45).

Lors d'un deuxième acte plus enlevé, et surtout moins timoré des Niçois, le milieu algérien s'est rappelé magnifiquement à son club formateur: sur une remontée de terrain rapide de Claude-Maurice, Wagué a trouvéOunas pour un retourné acrobatique à mi-hauteur, qui a mystifié Costil (1-1, 57e).

Dans ce temps fort des Aiglons, Wagué a manqué d'un rien une remise de Lees-Melou, et surtout Ounas, encore lui, a fait briller Costil (71e).

Le dernier quart d'heure a vu Bordeaux, avec les bonnes rentrées d'Oudin et Maja, lancer ses dernières flèches. Benitez a sauvé la mise sur sa ligne devant l'attaquant nigérian (74e), avant que le montant ne frustre De Préville (75e).

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.