Accéder au contenu principal

Victorieux en Caroline du Sud, Joe Biden repart à l'assaut des primaires démocrates

Joe Biden en campagne à Raleigh, en Caroline du Nord, le 29 février 2020.
Joe Biden en campagne à Raleigh, en Caroline du Nord, le 29 février 2020. © Elizabeth Frantz, Reuters

L'ancien vice-président Joe Biden est sorti largement en tête de la primaire de Caroline du Sud, samedi soir, selon des résultats partiels. Cette victoire pourrait donner un nouveau souffle à sa campagne en vue du "Super Tuesday" mardi 3 mars.

Publicité

C'est l'élan qu'il espérait. Joe Biden a remporté loin devant, samedi 29 février, la primaire démocrate de Caroline du Sud, selon les résultats de 99 % des suffrages. L'ancien vice-président de Barack Obama, très populaire dans cet État où le vote afro-américain était clé, avait besoin d'une victoire pour se remettre en selle après ses échecs successifs dans l'Iowa, le New Hampshire et le Nevada.

Joe Biden, 77 ans, obtient 48,4 % des voix contre 19,9 % pour Bernie Sanders. Le vainqueur connait très bien la Caroline du Sud où il possède une maison de vacances. Il a tissé dans cet État des liens privilégiés avec les cadres démocrates mais aussi avec les habitants. Environ 55 % des électeurs démocrates samedi étaient des Afro-Américains, une démographie très différente et bien plus représentative du pays que les États très blancs de l'Iowa et du New Hampshire.

Joe Biden "ne pouvait pas se permettre d'échouer en Caroline du Sud"

C'est la troisième fois que Joe Biden se présente à une élection présidentielle. Et la première qu'il remporte une primaire ou un caucus. Son expérience aux côtés de Barack Obama, dont beaucoup de démocrates de Caroline du Sud sont encore nostalgiques aujourd'hui, a pesé dans la balance.

L'énergie retrouvée de Joe Biden

"Il y a encore quelques jours, la presse et les observateurs disaient qu'on était morts", a lancé un Joe Biden énergique à ses partisans réunis à Columbia samedi soir. Il a appelé tous les démocrates à le rejoindre : "Il y a une place pour vous dans cette campagne." "Si les démocrates me choisissent, je crois qu'on peut battre Donald Trump", a-t-il assuré, se targuant d'être un "démocrate depuis toujours", allusion implicite au socialiste Bernie Sanders qui est un indépendant.

FR NW SOT BIDEN

Ces résultats montrent que Joe Biden retrouve sa crédibilité dans la course. Il va maintenant devoir maintenir le cap. De son côté, Bernie Sanders, galvanisé par ses victoires dans le New Hampshire et le Nevada, a encore du mal à rallier la majorité du vote noir. Et ce malgré des efforts conséquents déployés par sa campagne.

Ainsi, mercredi à Charleston, plusieurs membres de la communauté afro-américaine se sont succédé pour présenter Bernie Sanders sur scène. Ce dernier a insisté sur sa volonté de créer une "coalition multi-âges et multiraciale". Mais dans la salle, sur plusieurs centaines de partisans, les Noirs n'étaient qu'une vingtaine. Seuls les Afro-Américains de moins de 29 ans ont majoritairement voté pour lui.

Bernie Sanders se tourne vers le "Super Tuesday"

Bernie Sanders, favori au niveau national, avait déjà quitté la Caroline du Sud, où 54 délégués étaient en jeu, pour se concentrer sur quelques-uns des 14 États votant mardi prochain lors du "Super Tuesday". "Ce soir on n'a pas gagné en Caroline du Sud. Et il y aura d'autres défaites, on ne peut pas gagner tous les États", a-t-il concédé avant de féliciter Joe Biden. Il espère notamment une large victoire en Californie, l'État américain le plus peuplé et donc riche en délégués.

FR NW SOT SANDERS 3H

La course à l'investiture en juillet reste ouverte. Mardi prochain, le duel à suivre sera entre Joe Biden et Bernie Sanders. Vendredi soir à Charleston, le président républicain Donald Trump est venu donner un meeting pendant que les démocrates faisaient campagne. Il a demandé à la foule de désigner le candidat le plus facile à battre pour lui. Sans hésiter, la salle a choisi Bernie Sanders.

La primaire de Caroline du Sud s'achève avec moins de candidats qu'elle n'a commencé : le milliardaire Tom Steyer, qui avait investi plus de 20 millions de dollars dans cet État, a annoncé qu'il jetait l'éponge dans la soirée malgré sa troisième place.

Pete Buttigieg, quatrième, va devoir réfléchir à son manque de popularité confirmé auprès des minorités – à peine 3 % des Noirs ont voté pour lui samedi, selon les sondages de sortie des urnes. Les moins avancées dans la course comme Amy Klobuchar, Elizabeth Warren et Tulsi Gabbard vont devoir prendre des décisions rapidement. Reste le milliardaire Michael Bloomberg, qui entrera en course officiellement mardi après deux piètres performances en débat, mais avec un porte-feuille toujours aussi fourni.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.