Accéder au contenu principal

Foot féminin: PSG-OL "pas dans de bonnes conditions", regrette Le Sommer (à l'AFP)

Publicité

Clairefontaine-en-Yvelines (France) (AFP)

Le choc PSG-OL ne se jouera "pas dans de bonnes conditions" s'il est maintenu le 14 mars, deux jours après certains matches internationaux, regrette l'attaquante Eugénie Le Sommer en pointant les risques d'un calendrier "chargé", comme avant le Mondial qu'elle a joué émoussée.

Q: Le calendrier est-il trop chargé, surtout à cette période de l'année ?

R: "Il est chargé. A partir de février, on ne voit pas le temps passer parce qu'on enchaîne les matches. Surtout pour les équipes engagées dans toutes les compétitions et les joueuses appelées en sélection. Peut-être qu'on pourrait faire autrement, je ne sais pas. Mais ce que je regrette, c'est que le prochain match de championnat arrive si vite après les rassemblements. On n'aura pas récupéré toutes nos joueuses. C'est dommageable et cela ne devrait pas arriver. J'aimerais qu'on puisse jouer au moins le dimanche. Là, on va récupérer des joueuses le vendredi (celles qui disputent la SheBelieves Cup aux Etats-Unis, ndlr), en veille de match, certaines avec un long voyage à gérer, le décalage horaire. On nous demande de +performer+, de montrer une belle image du football féminin, de rendre le championnat compétitif, mais on ne nous met pas dans de bonnes conditions, c'est dommage. Maintenant, on jouera ce match le samedi s'il a lieu le samedi, cela n'empêchera pas de vouloir le gagner."

Q: La fatigue après une saison éprouvante explique-t-elle vos performances au Mondial-2019, comme la sélectionneuse Corinne Diacre l'a laissé entendre ?

R: "Complètement. Je n'étais pas à 100% de mes moyens physiques. Il y avait eu la fatigue de la saison, je me suis blessée pendant la préparation. Je n'étais pas à mon meilleur niveau physique, mais cela n'empêche pas que j'ai essayé de tout donner pour compenser cela. Parfois, même en étant un peu moins bien, on peut réussir à s'en sortir. Là, ça n'a pas fonctionné comme on aurait aimé que ça fonctionne. On aurait pu mieux gérer certaines choses, c'est vrai que notre préparation n'a pas été optimale pour gérer tous ces matches. Lors de l'avant-Coupe du monde, chaque média voulait son reportage, son interview, son papier, cela a pu être fatigant pour nous. C'était quelque chose auquel on n'était pas habituées, mais c'était dur aussi pour nous de refuser car on mettait en lumière le football féminin et c'était notre devoir d'y contribuer."

Q: La sélectionneuse a dit regretter les critiques formulées à votre encontre après le Mondial sur le non-respect des consignes tactiques. Aviez-vous besoin d'entendre cela ?

R: "Bien sûr, car je ne l'ai pas compris sur le moment. Je me suis posé des questions. On a eu cet échange qui m'a permis de discuter avec elle, et forcément que c'est toujours mieux quand il y a des excuses. Mais c'est quelque chose qui est derrière moi, j'ai envie d'avancer et je prends ça comme une expérience supplémentaire."

Propos recueillis par Antoine MAIGNAN.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.